Pourquoi « Les Sims » est l’un des jeux vidéo les plus inclusifs jamais conçu

Parce qu’il n’y a pas de limite à votre imagination. Je pourrais terminer l’article comme ça et me croire dans une épreuve imaginaire de philosophie où le professeur, éberlué, inscrirait un 20 sur la copie.

Mais non, je ne suis pas comme ça. Je peux aussi vous raconter que, lorsque j’ai abordé le sujet de cet article avec ma petite sœur, 21 ans, sa réaction fut explosive : « Les Sims, c’est trop la vie ce jeu ! »

Elle n’a pas tort, en tout cas, l’un des objectifs de la série est de retranscrire certaines facettes de nos existences le plus fidèlement possible. Le dernier volet de la franchise, Les Sims 4, concentre tellement de possibilités créatives et d’options de jeu que presque tout semble possible.

Son dernier pack d’objet, « Riad de rêve » permet de créer de petites oasis dans nos maisons dans un style qui sent bon les cornes de gazelle et le thé vert.

Une belle maison cosy dans le style oriental pour ma Sim Justine TIme. | CAPTURE D’ÉCRAN/MAXIS

Aimez qui vous voulez, comme vous voulez

Si on revient un peu aux racines, les Sims, c’est un jeu PC sortie en 2000. On pouvait y incarner des personnages humanoïdes personnalisés avec, certes, les restrictions techniques de l’époque mais déjà des possibles qui faisaient rêver les joueurs. Il y avait quelque chose d’étrange et d’attachant à gérer la vie virtuelle d’autres que nous.

On s’émerveille de les voir interagir entre eux, on s’attache à ces familles emblématiques de la série comme les Gothik, les Ladentelle (et cette vieille dame qui adorait nous frapper avec son sac à main), ou les Simpa. Petit coup de nostalgie avec la bande-annonce de l’époque :

Si les limitations techniques sont importantes (les enfants ne grandissent pas, les personnages n’ont pas de liens de parenté excepté le mariage et un divorce entraîne le départ à jamais d’un Sims), dès le premier opus, toutes les romances étaient possibles.

Pourquoi « Les Sims » est l’un des jeux vidéo les plus inclusifs jamais conçu

Homo, hétéro, bisexuel : les Sims pouvaient se lier à n’importe quel autre protagoniste. Une erreur due à une mauvaise communication entre les équipes de chez Maxis, comme le rappelle cet article de Slate. Le mariage était réservé aux couples de différents sexes en revanche, une exclusivité caduque dès le deuxième opus en 2004. C’est aussi à partir de cet épisode que nos Sims passent par différents âges, du bambin au fantôme, en passant par l’université et l’âge adulte.

Bye les stéréotypes et limitations genrées

Cinq ans plus tard, Les Sims 3 mettent en place un monde plus ouvert, des traits de personnalités et des possibilités de personnalisation bien plus poussées sur l’éditeur de personnage et n’importe quel Sims, célibataire ou en couple peut avoir des enfants.

En 2014, les Sims 4 se veut être un concentré de toutes les évolutions de la franchise et de la société. Deux ans après sa sortie, une mise à jour fait sauter les restrictions sur les vêtements, les coupes de cheveux ou les voix : peu importe que votre personnage soit genré au féminin ou au masculin, toutes les options de personnalisation sont accessibles.

Un personnage en cours de création dans les Sims 4. Vous avez vu le nombre de teintes de peau disponibles ? | CAPTURE ÉCRAN/MAXIS

Vous pouvez par exemple choisir un Sim d’apparence masculine pouvant porter un enfant, un personnage d’apparence féminine pouvant mettre enceinte d’autres Sims. Vous pouvez même choisir d’utiliser les toilettes debout ou assis, ça s’appelle le sens du détail. Sans compter la modification de chaque partie du corps, du moindre grain de beauté à la forme de votre mâchoire jusqu’à l’espace entre vos dents.

Un personnage en cours de création dans les Sims 4. | CAPTURE D’ÉCRAN/MAXIS

Un melting-pot de cultures

La série peut-être critiquée ou louée pour la multiplicité de ses contenus additionnels payants. Les fans absolus sont ravis, les joueurs plus occasionnels ont l’impression de se faire ponctionner petit à petit pour quelques objets, tenues… Cette profusion d’objets et de choix peut donner le tournis, voir couper l’envie de s’investir. Mais ce serait oublier que cette profusion apporte une énorme plus value à l’univers.

Oui j’ai adoré survivre plusieurs nuits dans une maison hantée ou partir glisser en snowboard avec ma Sim. Surtout, ces contenus apportent des fonctionnalités propres à des cultures différentes comme ce fut le cas en 2019 avec une mise à jour pour coiffer ces personnages de voiles, robes traditionnelles ou kufi (des coiffes traditionnelles portées par les hommes), ce qui n’avait pas manqué à l’époque de faire hurler certains blogs d’extrême droite.

Ma Sim Justine préfère les baguettes et porter le kimono avec son voile. | CAPTURE D’ÉCRAN/MAXIS

​La représentation de personnages musulmans ou orientaux en général est extrêmement rare dans les jeux vidéo. Je ne peux que vous conseiller, si le sujet vous intéresse, de visionner cette conférence animée par Osama Dorias de Warner Bros Game Montréal. Si aucune religion en particulier n’est intégrée au jeu, celui-ci permet à chacun de créer les personnages qui lui correspondent le plus et d’entreprendre une vraie démarche d’identification.

Pouvoir créer un Sim qui nous ressemble, c’est déjà – un peu — se sentir représenté et considéré. Vous pouvez tout aussi bien être inspiré par la culture amérindienne, hindoue, européenne ou japonaise dans Les Sims 4 : en créant une nouvelle partie, j’ai découvert que je pouvais demander à mes Sims de se déchausser avant d’entrer chez eux. Quel pied.

Partager cet article

Pourquoi « Les Sims » est l’un des jeux vidéo les plus inclusifs jamais conçu

Ouest-France.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *