Author Archives: admin

iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

Le mode concentration est une des nouveautés remarquables d’iOS 15, la prochaine version de l’OS qui équipe l’iPhone. Nous avons eu l’occasion de le tester pour comprendre son fonctionnement.iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

Depuis qu’iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey ont été annoncés à la WWDC 2021, nous étions curieux de découvrir les nouveautés en action. Après FaceTime sur Android et Windows, nous avons dirigé nos tests vers le nouveau mode concentration qui apparaît dans l’écosystème Apple.

Ce mode « Concentration » remplace le mode « Ne pas déranger » introduit en 2014 sur iOS 6. Sous la forme d’un croissant de lune, ce mode permettait aux utilisateurs de désactiver le son des appels et les notifications lorsque le smartphone est verrouillé pour une période définie.

Qu’est-ce que le mode concentration ?

Apple va beaucoup plus loin avec le mode concentration, ou mode Focus en anglais, il est intégré dans une tendance globale de lutte contre la surabondance d’informations. À travers le mode concentration ou la refonte du système de notification, Apple semble vouloir mettre en place des bouées de sauvetage pour celles et ceux qui, comme moi, sont noyés dans les alertes qui nous déconcentrent au quotidien.iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

Le mode concentration est certainement l’outil le plus avancé pour trier les alertes qui peuvent vous déranger : c’est un mode de personnalisation avancée en fonction d’un contexte – vie personnelle, travail, sommeil, etc.

Comment fonctionne le mode concentration ?

Plusieurs modes sont pré-configurés, mais vous pouvez en créer d’autres en fonction de vos besoins.

La création s’effectue à travers plusieurs écrans, c’est très didactiqueiOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

La personnalisation va très loin, car vous pouvez modifier les paramètres de votre écran d’accueil, activer ou désactiver les notifications de certaines applications et contacts… Il existe également des suggestions de focus basées sur le contexte en fonction de votre emplacement, de l’utilisation d’une app spécifique (un jeu vidéo mobile par exemple), de l’heure de la journée et de l’activité que vous effectuez.

Vous pouvez même informer automatiquement vos contacts sur iMessage qu’un mode Ne pas déranger est actuellement activé sur votre iPhone. C’est une sorte de message d’absence.

Mathieu est averti depuis iMessage

Lors de la configuration d’un nouveau mode de concentration, Siri peut analyser vos messages et appels sortants et suggérer automatiquement d’autoriser les notifications des personnes avec lesquelles vous parlez le plus. Il y a aussi une astuce intéressante ici : les communications des personnes que vous approuvez peuvent provenir d’autres applications, comme Facebook Messenger, et donc pas seulement d’iMessage ou des SMS.iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

Lorsque vous recevez un message sur Facebook Messenger dans iOS 15, par exemple, vous pouvez également associer cette personne dans cette application à une personne correspondante dans votre liste de contacts. Une fois que vous avez fait cela, les communications de cette personne dans une application tierce pourront interrompre votre mode concentration, à condition que vous les ayez approuvées.

La personnalisation permet également de désactiver des écrans d’accueil, mais aussi d’assombrir l’écran verrouillé. Vous pouvez aussi choisir de masquer les pastilles de notifications sur les icônes d’apps.

Vous pouvez personnaliser la page d’accueil en fonction d’un mode de concentration

Comment activer le mode de concentration ?iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

Cette section concentration est disponible sur iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey. Vous allez dans les Réglages puis dans Concentration. Vous pouvez également y accéder depuis le Centre de contrôle (en swipant depuis le coin droit en haut). Notez que l’activation d’un mode sur un appareil permet d’automatiquement l’activer sur vos autres appareils Apple.

Les usages sont très nombreux et dépendent de votre quotidien. Vous pouvez créer un mode pour vous concentrer au travail, en enlevant les distractions, un mode conduite pour vous éviter de recevoir des notifications… Ce mode peut même s’activer automatiquement si vous iPhone détecte que vous êtes en voiture. Le mode repos coupe tout quand vous dormez, sauf l’horloge et quelques contacts d’urgence que vous devez spécifier.

Depuis iPadOS 15, c’est également dans le centre de contrôle

Apple a simplifié énormément l’usage de ces modes et permet également aux développeurs d’apps tierces de paramétrer certaines notifications comme urgentes. Parmi nos tests, nous avons eu des notifications urgentes de l’application Maison pour nous avertir que le taux de CO2 était trop important.iOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

Cette notification est marquée comme urgente, elle peut désactiver certaines modes de concentration temporairement

Notez que vous pouvez également activer et désactiver les modes depuis votre Apple Watch sur watchOS 8. Vous pouvez également utiliser l’app Raccourcis pour créer des scénarios qui activent ou désactivent des modes de concentration.

Ce mode concentration est donc véritablement une des grosses nouveautés d’iOS 15, c’est également une démonstration assez impressionnante de la force de l’écosystème Apple où tout fonctionne ensemble, une sorte de natation synchronisée numérique.

iOS 15 veut vous aider à vous concentrer sur ce qui importe vraimentiOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

À l’occasion de la WWDC 2021, Apple a révélé les nouveautés d’iOS 15. La plus importante concerne les notifications et la possibilité de mieux gérer sa journée grâce à Focus.Lire la suite

Retrouvez toutes les annonces de l’Apple WWDC

Apple veut faire disparaître totalement les mots de passe (dès cette année)

Troll ou indice ? Apple mentionne le MacBook Pro M1X sur sa keynote WWDCiOS 15, iPadOS 15 et macOS Monterey : comment fonctionne le mode concentration

macOS Monterey : réinitialiser l’ordinateur devient aussi facile que sur iPhone

FaceTime : iOS 15 a trouvé comment vous éviter de parler dans le vide

Utiliser l’Audio Spatial sur Apple Music : comment ça marche ? Quels casques et écouteurs pour en profiter ?

TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Microsoft n’exigeait pas encore de TPM pour Windows 10, mais le Trusted Platform Module est obligatoire avec Windows 11. Cela signifie : sans ce matériel, vous ne pouvez même pas installer le nouveau système d’exploitation. Cela s’applique principalement aux ordinateurs plus anciens.TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Les questions et réponses les plus importantes sur TPM 2.0 et Windows 11 :

table des matières

Qu’est-ce que le TPM (2.0) ?

Quelle est la différence entre TPM 2.0 et fTPM ?

Pourquoi le TPM 2.0 est-il une exigence pour Windows 11 ?

Comment savoir si mon ordinateur est équipé du TPM 2.0 ?

Comment activer le TPM 2.0 dans le BIOS ?

Activez le TPM 2.0 dans le BIOS (processeur Intel)TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Activez le TPM 2.0 dans le BIOS (processeur AMD)

Puis-je moderniser le TPM 2.0 ?

Quels processeurs ont TPM 2.0 pour Windows 11 ?

TPM ou Trusted Platform Module vient du Trusted Computing Group, qui milite pour des normes de sécurité uniformes depuis près de 20 ans. Les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables, mais aussi les smartphones et les tablettes sont équipés d’une puce qui – en termes simples – protège les utilisateurs des manipulations par des logiciels tiers. Ceci est rendu possible par une clé unique et cryptographique stockée dans la puce, qui identifie l’ordinateur en tant que tel.

Le TCG préconise la norme TPM (2.0) depuis de nombreuses années. (Photo : Groupe informatique de confiance)

La norme actuellement en vigueur, initialement prise en charge par Windows 8 et Linux Kernel 4.0), est apparue dès 2014 avec TPM 2.0. Il offre toutes sortes d’améliorations et d’améliorations. Cela inclut, par exemple, divers algorithmes de chiffrement, niveaux hiérarchiques, plusieurs clés racine ou options d’autorisation.

Le TPM 2.0 sert également un autre objectif : il n’est plus si facile d’utiliser un ordinateur contre les intérêts du fabricant, par exemple pour l’équiper d’un système d’exploitation alternatif ou pour utiliser la puissance de calcul pour le minage de crypto. Cependant, ce n’est qu’une théorie grise ; en pratique, TPM 2.0 conduit à une sécurité et une protection accrues contre les logiciels malveillants.

Alors que des puces TPM distinctes ont d’abord été intégrées dans les ordinateurs d’entreprise, TPM 2.0 fait depuis longtemps partie du processeur, du chipset de la carte mère ou, dans les appareils mobiles, du système sur puce dans le matériel à usage privé. C’est ce qu’on appelle le firmware TPM ou fTPM 2.0.TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Un fTPM remplit la même fonction qu’un TPM 2.0 classique, donc en pratique cela ne fait aucune différence pour les utilisateurs. Il est seulement important de savoir : Si le fabricant de votre carte mère fait de la publicité avec fTPM, cela signifie pour vous : TPM 2.0 fait partie du jeu.

TPM 2.0 peut être utilisé de plusieurs manières sur Windows 11. Les périphériques de stockage de masse sont cryptés à l’aide de Bitlocker et les données de connexion (mot de passe, empreinte digitale, informations faciales) peuvent également être enregistrées dans le module de plateforme sécurisée.

Windows 11 promet plus de sécurité – également grâce au TPM 2.0. (Photo : Microsoft)

Microsoft déclare : » TPM 2.0 est un composant important pour la fourniture de sécurité avec Windows Hello et Bitlocker, afin que les clients puissent mieux protéger leurs identités et leurs données. » .

Le fait est que tous les ordinateurs disponibles à l’avenir sur lesquels Windows 11 est préinstallé auront TPM 2.0. Sans ça ne marche plus.

C’est très simple sous Windows :

Appelle la recherche dans la barre d’état système.

Tapez « puce de sécurité ».TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Laissez-nous vous montrer plus de détails.

Si « Trusted Platform Module » et « Specification Version 2.0 » y sont mentionnés, vous disposez d’un TPM 2.0.

Cette information n’est pas très utile pour les profanes, mais deux informations suffisent pour savoir si vous disposez de TPM 2.0. (Capture d’écran)

Pour plus d’informations sur le TPM existant, procédez comme suit :

Appelle la recherche dans la barre d’état système.

Tapez « tpm.msc ».

Attention uniquement pour les utilisateurs expérimentés : Le TPM peut être réinitialisé aux paramètres d’usine ici.

Intéressant pour les experts : Plus de détails sur la puce TPM. (Capture d’écran)TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Il peut tout de même valoir la peine de consulter le site Web du fabricant de votre ordinateur. Parce que TPM 2.0 est souvent désactivé dans le BIOS et, par conséquent, la liste est manquante dans le gestionnaire de périphériques.

Selon le fabricant de la carte mère, les surfaces du BIOS diffèrent considérablement. Ainsi, les descriptions servent plutôt de guide.

Allumez votre ordinateur et basculez directement dans le BIOS (touche DEL, F2 ou F12).

Allez dans « Sécurité » -> Informatique de confiance.

Active « Security Device Support » et définit le périphérique TPM sur PTT.

Enregistre et redémarre le PC.

Ici sur la photo le BIOS d’une carte mère Asus avec une puce Intel. (Photo : Asus)

Info : PTT signifie Platform Trust Technology d’Intel, qui contient dans une certaine mesure TPM 2.0.TPM 2.0 : Comment l’activer pour Windows 11

Allumez votre ordinateur et basculez directement dans le BIOS (touche DEL, F2 ou F12).

Sélectionnez l’élément de menu « Sécurité » -> Informatique de confiance.

Active le CPU AMD fTPM ou le firmware TPM (selon la carte mère) ainsi que Secure Device Support.

Enregistre et redémarre le PC.

Les paramètres du BIOS sont légèrement différents pour les cartes mères avec puce AMD. (Photo : Asus)

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez aux endroits mentionnés, recherchez dans le bios des termes appropriés tels que « Intel Platform Trust Technology (PTT) », « Configuration PCH-FW » ou « Platform Security Processor PSP » (homologue AMD de PTT ). Ils peuvent se cacher dans des zones telles que « Périphériques » ou « Avancé -> Configuration CPU ». En cas de doute, consultez le manuel de votre carte.

Malheureusement, il n’est pas si facile de moderniser le TPM 2.0. Parce qu’il n’y a pas de norme uniforme pour une interface appropriée sur les cartes mères. Cela devrait être encore plus difficile avec les ordinateurs portables. Néanmoins, certains fabricants, dont Gigabyte, Asus et ASRock, proposent des cartes TPM pour certaines cartes mères. Cependant, ce n’est pas la règle.

Alors que faire Une solution pourrait être d’acheter une nouvelle carte mère avec TPM 2.0. Dans tous les cas, l’effort est plus élevé et plus coûteux, ce qui signifie : Cela peut même valoir la peine de penser à acheter un nouveau PC. Il est garanti compatible avec Windows 11 et évolutif. Aussi parce que les PC sans TPM 2.0 ont probablement cinq ans ou plus.

Microsoft a publié une liste de processeurs compatibles avec Windows 11. Cependant, il manque ici, par exemple, les puces Ryzen de première génération d’AMD de 2017 ou les processeurs Intel de la série Coffee Lake de 2016. Cependant, ils ont le TPM 2.0. Il est tout à fait possible que les futures mises à jour du firmware (carte mère, CPU) puissent encore faire fonctionner ces anciens processeurs avec le nouveau Windows. Mais jusqu’à présent, ce n’est qu’une supposition ou un espoir. Néanmoins : Avec la liste mentionnée, vous pouvez déjà vérifier si votre PC est au moins théoriquement compatible avec Windows 11 et il vous suffit d’activer TPM 2.0 dans le BIOS.

Si vous voulez essayer la prochaine génération de Windows maintenant : Voici comment installer Windows 11 en quelques clics. Mais la même chose s’applique ici : vous avez généralement besoin de TPM 2.0 pour cela.

Rentrée: Quel ordinateur portable choisir pour le collège, le lycée, l’université?

Back to school ! Vous n’y couperez pas cette année : il va falloir investir dans un premier ou un nouvel ordinateur portable. Certes, si l’entrée au collège, au lycée ou à l’université s’avère généralement un bon alibi pour changer de machine, il n’en reste pas moins que d’un niveau d’étude à un autre, les besoins diffèrent. Et les questions qui se posent dans les rayons informatiques aussi. Mais, comme l’indique Thomas Tran, chef de produit PC portables chez Lenovo, « cela reste très difficile de définir dans quel PC investir ». Allez, on essaye quand même d’y voir un peu plus clair…Rentrée: Quel ordinateur portable choisir pour le collège, le lycée, l'université?

Au collège : stockage cloud et petit prix

On sera d’accord sur un fait : le collégien n’a pas besoin d’une « grosse machine ». « Il va se concentrer sur des usages primaires avec Word ou Excel. Un PC à base de processeur Celeron, AMD ou Atom peut lui suffire », explique Thomas Tran. « Ce sera sans doute un premier outil informatique, un produit d’accès », renchérit Denis Pioletti, chef de PC portables grand public chez HP, qui plaide pour un Cloudbook (l’équivalent Windows des Chromebooks de Google, NDLR), avec un stockage essentiellement orienté vers le cloud. « C’est un ordinateur qui n’a pas une très grosse puissance ni une grosse capacité de stockage (de 32 à 128 Go), mais il est mobile et accessible, avec un prix entre 200 et 300 euros », décrypte Denis Pioletti. « C’est vrai qu’aujourd’hui, un stockage important n’est plus vraiment indispensable en local et que l’on peut se contenter de 32 à 64 Go de mémoire. A éventuellement compléter avec une clé USB », ajoute Thomas Tran chez Lenovo. Pour ce qui est de la taille d’écran, un ordinateur en 10’’ à 13’’ peut combler les attentes.

Le G50 de Lenovo, un PC entrée de gamme avec écran de 15 pouces que l’on peut actuellement trouver à moins de 300 euros. – LENOVORentrée: Quel ordinateur portable choisir pour le collège, le lycée, l'université?

A partir de 15’’, la machine embarquera davantage de stockage mais sera plus chère : jusqu’à 500 euros environ. On veillera enfin aux promotions que certains constructeurs proposent pour la rentrée. Par exemple, des offres avec pack Windows Office 365 offert pour un an.

Au lycée : productivité et divertissement

Les besoins varient du collège au lycée, mais finalement assez peu. « Un lycéen peut cependant avoir besoin d’une mobilité plus importante, avec des temps de trajet plus longs permettant de visualiser plus de contenus », notre Denis Pioletti chez HP. « Il peut aussi réclamer un produit davantage orienté multimédia », précise Thomas Tran de Lenovo. D’où le choix d’une machine avec une carte graphique plus adaptée, comme la GeForce GT940 de NVIDIA. On en trouve à partir de 600, voire 700 euros, le tarif « clé » pour un bon PC de productivité à base de processeur Intel Core i5 qui permettra en outre d’effectuer du montage vidéo ou de jouer modérément. Pour un PC davantage orienté gaming, il faudra monter en gamme et lorgner sur les machines avec carte GTX 950 (800 euros et plus), mais ce n’est pas une priorité à l’école.Rentrée: Quel ordinateur portable choisir pour le collège, le lycée, l'université?

Ou alors, si l’on tient absolument à associer productivité et divertissement, un PC hybride peut s’imposer comme un bon parti. En étant soit convertible (avec un écran basculant à 180°), soit détachable (avec un écran se séparant du clavier), l’ordinateur se métamorphose en tablette – certes plus ou moins lourde — que l’on peut utiliser sur le canapé ou dans son lit. Une bonne alternative aux smartphones pour finir la journée sur les réseaux sociaux… Budget : de moins de 300 euros à 800 euros environ selon la taille de l’écran, la puissance et la capacité de stockage.

Le Switch Alpha de Acer: un PC à écran de 12 pouces détachable qui fait office de tablette poiur le divertissement. – ACER

Acer vient d’innover en la matière avec son Switch Alpha 12 (800 euros), un portable 12’’ 2-en-1 détachable à refroidissement liquide. « Cela suppose plus de confort pour l’utilisateur, mais aussi une performance du processeur qui ne sera pas diminuée lors des phases de refroidissement de la machine », précise Loïc Grégoire, responsable de la division produits BtoB et BtoC chez Acer. Pour 50 euros de plus, on peut actuellement s’offrir une tablette PC Microsoft Surface Pro 4 (12,3’’), certes avec une configuration sans ostentation, mais qui pourra être très pratique sur les bancs de l’université.Rentrée: Quel ordinateur portable choisir pour le collège, le lycée, l'université?

>> A lire aussi : Avec Surface Pro 4, Microsoft perfectionne son hybride

A l’université : autonomie et légèreté

« En fait, quel que soit le niveau d’étude, on a besoin de légèreté, de réactivité avec de préférence un disque SSD (pour un démarrage immédiat de l’ordinateur, NDLR), et une capacité de stockage jusqu’à 128 Go. Un Chromebook avec 16 Go de mémoire et 4 de SSD est un outil parfait », plaide Loïc Grégoire, responsable de la division produits BtoB et BtoC chez Acer. Pratique pour prendre des notes et surfer. A condition de ne pas abuser des logiciels, comme Photoshop, qui demandent une puissance particulière et un espace de stockage important.Rentrée: Quel ordinateur portable choisir pour le collège, le lycée, l'université?

Disponible en octobre, le Envy 13 de HP répond à des exigences précises, notamment en termes d’affichage (jusqu’à Quad HD). – HP

« Il faut au minimum un processeur Intel Core i5 avec 8 Go de Ram et un stockage confortable comme 1 To », indique Thomas Tran, chef de produit PC portables chez Lenovo. « On peut aussi imaginer pour un étudiant qui va travailler toute la journée en amphi que le ratio puissance/autonomie peut être un critère clé », table Denis Pioletti, chef de produit PC portables grand public chez HP. D’où l’émergence de PC qualifiés par les constructeurs de « premium ». Ils sont articulés autour d’un châssis en aluminium, sont légers (1,2 à 1,5 kg) et proposent une autonomie confortable (de 10 à 13 heures). Budget : de 700 à 1.500 euros, quand même. C’est aussi le portrait type du MacBook d’Apple, qui enthousiasme nombre d’étudiants, et que la plupart des fabricants essayent d’imiter depuis 3 ans environ.

Le MacBook Air d’Apple reste une référence, mais est désormais vieillissant. – APPLE

Bémol, selon Olivier Frigara, journaliste à iCreate et On refait le Mac : « Le ticket d’entrée est très élevé. L’entrée de gamme d’un Mac correspond ainsi à un milieu de gamme en PC ». Bien qu’Apple consente des réductions aux étudiants, c’est le porte-monnaie qui peut aussi faire la différence. Mais pas que. « Ce qui est frustrant, c’est que l’actuelle gamme de Mac d’Apple est vieillissante », rappelle Olivier Frigara. Si l’on attend patiemment de nouveaux modèles pour la rentrée universitaire, les qualités du Mac restent cependant évidentes : très bonne fabrication, peu ou pas de virus, et un système d’exploitation métronomique, simple et intuitif. Mais attention : « il est plus simple de passer du monde du PC à celui du Mac que l’inverse », prévient Olivier Frigara. Si vous disposiez d’un PC, que vous devez vous rééquiper d’un ordinateur et que vous disposez d’un budget d’au moins 900 euros, le choix d’un Mac peut alors être considéré.

>> Retrouvez le pack numérique qu’il vous faut sur FNAC.com

A quoi sert la touche « Fn » ou « Fonction » sur un clavier ?

Confus par cette touche « Fn » ​​sur votre clavier ? “Fn” est en fait l’abréviation de “fonction” et vous permet d’accéder à une gamme de fonctions alternatives pour les autres touches de votre clavier. Aujourd’hui, nous allons découvrir comment l’utiliser.A quoi sert la touche « Fn » ou « Fonction » sur un clavier ?

Qu’est-ce que la touche Fn ?

La touche Fn a été créée à l’origine en raison d’un manque d’espace sur les claviers précédents. Au lieu d’ajouter plus de touches, ils ont reçu plusieurs fonctions.

À titre d’exemple d’une de ses utilisations, la touche Fn sur certains ordinateurs portables vous permet de régler la luminosité de l’écran lorsque vous appuyez dessus en conjonction avec une autre touche. Considérez-le comme un bouton similaire à la touche Maj. Selon votre appareil, Fn peut également vous permettre :

Réglez le volume vers le haut et vers le bas.

Désactivez le haut-parleur interne de votre ordinateur portable.

Augmentez ou diminuez la luminosité ou le contraste du moniteur.

Activer le mode veille.

Mettez votre ordinateur portable en veille prolongée.

Éjectez un CD/DVD.

Verrouillez le clavier.

La clé est utilisée différemment selon le système d’exploitation, mais Mac, Windows et même les Chromebooks ont tous une version de la touche Fn.

Où est la touche Fn sur mon clavier ?

Ça dépend. Sur les ordinateurs portables Apple et PC, la touche Fn se trouve généralement dans le coin inférieur gauche du clavier à côté de la touche Ctrl.

Les Chromebooks, en revanche, n’en ont peut-être même pas. Certains le font, cependant, et il est situé près de la barre d’espace.

Sur les ordinateurs portables Macbook, vous trouverez presque toujours la touche Fn sur la rangée inférieure du clavier. Les claviers Apple pleine taille peuvent l’avoir à côté de la touche « supprimer ». Sur les claviers Apple Magic sans fil, la clé est située dans le coin inférieur gauche.

Si votre ordinateur n’a pas de touche Fn, votre clavier n’a probablement aucune de ces fonctions alternatives. Vous voudrez peut-être passer à un clavier qui vous permet de les utiliser.

Comment fonctionne la touche Fn ?

L’utilisation de la touche Fn varie en fonction du système d’exploitation que vous utilisez. Elle est utilisée de la même manière que d’autres touches de modification comme « shift », souvent en conjonction avec les touches F1-F12 (fonction) en haut de votre clavier.

Les fonctions sont généralement désignées par les mêmes symboles, même sur tous les systèmes d’exploitation. Un symbole de soleil, par exemple, est généralement utilisé pour indiquer la luminosité de l’écran. Une demi-lune indique généralement la mise en veille de l’ordinateur. Etc.

Windows

Sur un PC Windows, les fonctions spéciales de F1-F12 sont accessibles en maintenant la touche Fn enfoncée puis en appuyant sur l’une des touches de fonction. Cela peut inclure la coupure du son ou le réglage de la luminosité de l’écran.

Donc, pour utiliser la touche Fn sur un PC :

Maintenez la touche Fn enfoncée.

Appuyez simultanément sur la touche de fonction que vous souhaitez utiliser.

Certains claviers ont une touche Fn qui s’allume lorsqu’elle est activée. Si vous avez un clavier comme celui-ci, vérifiez si le voyant est allumé (si la touche a été activée) avant d’appuyer sur la touche de fonction secondaire.

Mac

Sur un ordinateur Mac, les touches F1-F12 exécuteront ces fonctions spéciales par défaut. F11 et F12, par exemple, augmenteront ou diminueront le volume de l’ordinateur sans que vous ayez à appuyer d’abord sur la touche Fn. Appuyer sur la touche Fn puis sur l’une des touches F1-F12 entraînera une action secondaire spécifique à l’application que vous utilisez actuellement.

Certaines touches Fn seront codées par couleur pour correspondre à certaines fonctions. Sur ces claviers, vous verrez « fn » en deux couleurs différentes sur la touche Fn. Ces claviers auront deux ensembles de fonctions secondaires, également codées par couleur. Si votre touche Fn avait “fn” imprimé en rouge et bleu, par exemple, appuyer sur Fn et une touche rouge serait une fonction différente de Fn et d’une touche bleue.

La plupart des ordinateurs vous permettent de personnaliser les touches de fonction dans une certaine mesure. Sur un Macbook, vous pouvez choisir si les touches F1-F12 utilisent leurs touches spéciales par défaut ou non. Certains claviers vous offrent la possibilité de désactiver la touche Fn en utilisant le « verrouillage fn ».

Test ASUS Flow X13 : le portable qui peut remplacer une tour gaming ?

Le TestTest ASUS Flow X13 : le portable qui peut remplacer une tour gaming ?

Dans le monde des ordinateurs portables, le ROG Flow X13 est un peu un ovni. Avec ce nouveau produit, ASUS vise à réussir la quadrature du cercle, en proposant une machine compacte, légère, mais pourtant aussi puissante qu’une tour gaming lorsqu’on parle de jeu vidéo. La firme taïwannaise a donc mélangé plusieurs innovations afin de rendre une sorte de grosse tablette capable de faire tourner Red Dead Redemption II en 4K. Est-ce enfin le PC parfait pour les joueurs nomades (et forcément un peu fortunés) ? Réponse dans notre test.

Si vous êtes un lecteur assidu de nos tests de laptops gaming, vous devez savoir que portabilité et puissance brute ne font pas bon ménage. En effet, plus un PC est puissant, plus il consomme d’énergie, et plus il consomme, plus il chauffe, ce qui implique un système de refroidissement de taille qui nuit à la portabilité. D’ailleurs, selon nous, l’équilibre parfait est actuellement au niveau des machines 15″, suffisamment fines et légères pour être baladées sans trop se casser le dos, et avec de quoi faire tourner des jeux triple A en 1080p, avec un framerate honnête. Pour plus de performances, on se retrouve au rayon des machines plus “transportables” que portables, à cause de leur poids et de leurs dimensions. À l’inverse, si vous voulez un ordinateur qui fasse la taille d’un album de brande dessinée, il faudra souvent faire une croix sur le jeu vidéo, à moins de se limiter à Counter-Strike et Fortnite. Pour atteindre son objectif, ASUS a donc développé un système unique, composé d’un PC ultra-portable surpuissant, épaulé par un boîtier externe qui renferme une grosse carte graphique.

Commençons par le portable. Le Flow se présente comme un ultrabook aux dimensions réduites. Avec son écran 13.4″ et 15mm d’épaisseur, il n’aura aucun mal à se loger dans n’importe quel sac, tandis que son poids contenu de 1.3Kg saura se faire oublier, même par les plus nomades d’entre vous. L’objet est particulièrement bien fini avec un mélange de plastique, d’aluminium, et même de magnésium pour un look hyper premium. Seul hic, on laisse facilement des traces de doigts sur la surface derrière l’écran. Il n’y a pas à dire, c’est réellement un joli PC. De plus, avec son écran au format 16:10, on a un look un peu plus carré qu’à l’habitude, et le châssis du laptop suit donc cette forme qui est assez originale en 2021 (c’était la grande mode au milieu des années 2000). On voit que tout a été assemblé avec soin, notamment les évents d’aération qui sont sous la machine, à la base de l’écran, tandis qu’une petite grille occupe une partie de la tranche droite. Un peu comme sur les modèles Zephyrus, la charnière permet de surélever l’ordinateur, afin de garantir un bon flux d’air, et ainsi, maximiser ses performances. Mais ici, ce n’est pas tout, car l’écran pivote à 360°, afin de transformer le Flow en une véritable tablette. C’est d’ailleurs assez pratique lorsqu’on joue en mode nomade, puisqu’on peut mettre le PC en “pyramide” et ainsi profiter d’un refroidissement optimal.

UN PC QUI A DU FLOW

Petite spécificité, le bouton “power” se situe sur la tranche droite, au milieu du châssis, et il fait également office de lecteur d’empreintes, ce qui permet de déverrouiller Windows d’un coup de doigt. Attention toutefois, en manipulant l’ordinateur, il arrive qu’on actionne le bouton sans le vouloir. Puisqu’on parle des tranches, sachez que la connectique y est plutôt généreuse avec un USB-C et un USB-A sur le flanc de droite, tandis que la gauche héberge un jack 3.5, une sortie HDMI 2.0 et un large connecteur spécifique qui regroupe un USB-C et un PCIe 3.0 8x (pour y brancher le GPU externe). On souligne au passage qu’ASUS a fait le choix d’un connecteur PCIe là où la concurrence préfère les USB-C pour brancher sa carte graphique, ce qui va permettre un gain de performance, au détriment de la versatilité (rien d’autre ne se branche dessus). Bref, rien d’exotique pour ce portable, mais que les amateurs de connectique se rassurent, le GPU externe est bien pourvu comme nous le verrons ci-dessous. Le clavier est toujours excellent, comme souvent avec ASUS, même s’il s’agit d’un simple chiclet à membrane, sans pavé numérique bien sûr. Sachez qu’il dispose toutefois d’un rétroéclairage avec trois niveaux d’intensité.Test ASUS Flow X13 : le portable qui peut remplacer une tour gaming ?

L’écran 16:10 est dispo dans deux configurations : un 4K UHD (3840 x 2400) DCI-P3 à 60 Hz sur notre configuration de test, et un Full HD (1920 x 1200) sRGB à 120 Hz qu’on conseillera dans le cadre d’une utilisation jeu vidéo. Quel que soit votre choix, il s’agira d’une dalle IPS certifiée Pantone, et protégée par une vitre en Gorilla Glass. Les écrans sont bien entendu touch screen, et comme toujours, ils disposent d’une surface brillante propice aux traces de doigts. Contrairement à la plupart des modèles ROG de ces dernières années, le Flow dispose d’une webcam 720p logée classiquement en haut de l’écran. Si le capteur ne vous permettra pas de devenir un streameur avec sa faible qualité d’image, il fera néanmoins largement le taf pour vos apéros Zoom, ou vos visios professionnelles.

PETIT MAIS COSTAUD

Malgré son format compact, le Flow X13 renferme de l’artillerie lourde, à commencer par son processeur. Le châssis renferme en effet un gros AMD Ryzen 9 5980HS offrant 8 cœurs et 16 threads, épaulé par 32 Go de RAM, tandis qu’une modeste Nvidia GeForce GTX 1650 se charge d’animer votre écran. Si côté processeur la puissance est largement suffisante pour faire tourner n’importe quel triple A récent, le GPU embarqué va rapidement montrer ses limites. Impossible de faire tourner un jeu récent, surtout en 4K. À cette résolution, même les titres eSport offrent un framerate peu recommandable. Il va donc falloir revenir à du 1080p pour pouvoir envisager de faire tourner des titres plus gourmands, comme DOOM Eternal ou The Witcher, mais là encore, il faudra se contenter d’un framerate assez bas, ou faire de grosses concessions sur les options graphiques.

Par contre, aucun problème niveau stockage grâce à un gros SSD M.2 PCIe 3.0 d’une capacité d’1 To. L’inconvénient de ce gros CPU, c’est que même avec un GPU modeste, la chauffe et l’autonomie deviennent problématique. Bien qu’on n’ait pas remarqué de baisse des fréquences lorsque la température monte, le Ryzen fait hurler les ventilateurs, qui sont relativement bruyants. Niveau autonomie, le Flow n’est pas à la fête, puisqu’ASUS a choisi d’opter pour une batterie légère, et donc petite. En bureautique, ne comptez pas dépasser les 5h d’utilisation entre deux charges. L’avantage d’une petite batterie, c’est qu’elle se recharge vite, avec 80 % récupérés en une bonne heure de charge (PC éteint). Mention spéciale au chargeur de 100W qui est très compact, avec des dimensions qui font penser aux transfos 60W de chez Apple.

UN DOCK AD HOCTest ASUS Flow X13 : le portable qui peut remplacer une tour gaming ?

Pour envoyer du gras niveau gaming il faut donc se tourner vers le GPU externe poétiquement baptisé XG Mobile. Là où Razer a opté pour un boîtier aux larges dimensions qui accueille une n’importe quelle carte graphique de bureau (ce qui laisse une large latitude au client), ASUS a fait le choix d’un système fermé et propriétaire. Le XG Mobile est donc un boîtier aux formes compactes qui se permet d’être assez facilement transportable (pour le coup, on évitera de le balader en permanence). Cette solution a le mérite d’offrir un look assez léché, mais aussi d’apporter un maximum de connectique. L’idée est bien sur de laisser ce module chez soi, de travailler la journée avec le Flow sous le bras, puis de profiter d’un gros PC en rentrant le soir. Le XG Mobile intègre donc une alimentation, et une large connectique afin d’y brancher tous nos périphériques de bureau. Le dock propose sur l’arrière un connecteur d’alimentation, un port RJ45, 4 USB-A, un HDMI et un DisplayPort, tandis qu’un lecteur de cartes mémoire est discrètement placé sur le dessus du boîtier. Bref, on peut donc laisser brancher son clavier, sa souris, la carte son du casque sans-fil, et y brancher un bel écran gaming.

Niveau accueil, il n’y a rien à redire. La petite déception se trouve finalement à l’intérieur du châssis. Le choix de la compacité a obligé ASUS à se porter vers une Nvidia RTX 3080 dans sa version mobile, nettement moins puissante que sa cousine pour PC de bureau. Ceci dit, bien qu’il s’agisse d’une puce mobile, cette dernière est clairement poussée à fond afin de tirer parti de son dissipateur thermique, et de son alimentation électrique. Ce GPU affiche en effet une cadence de 1810Mhz pour un TDP de 150W, soit bien plus que n’importe quelle autre 3080 mobile qu’on peut trouver dans les châssis des PC portables de la concurrence. Pour relier le XG au Flow, rien de plus simple, il suffit de brancher le connecteur dédié, puis d’accepter la notification qui nous propose d’activer le GPU externe. À partir de ce moment, le système désactive la GTX 1650 du Flow (impossible de profiter des deux simultanément), et pousse le CPU Ryzen à son maximum, ce dernier pouvant désormais accaparer tout le système de refroidissement du portable.

CA$H IS KING

Désormais, l’ultra-portable discret se mue en une tour gaming carrément honnête, avec des performances qui n’ont plus rien à voir avec ce qu’on trouve traditionnellement dans le monde du PC portable. Désormais, on dispose enfin des chevaux nécessaires pour profiter de la dalle 4K du Flow, même s’il faudra se montrer mesuré sur les options graphiques afin de conserver un framerate digne de ce nom. Pour vous donner une idée, Red Dead Redemption II envoie environ 40 FPS sur son préréglage maximum dans cette résolution. Si le chiffre paraît honorable, la stabilité n’est pas vraiment au rendez-vous avec des pointes à 70 images par seconde, et des chutes vers 20 images secondes. En revanche, pour peu que vous ayez branché un écran 2K, plus rien n’arrêtera le duo Flow/XG. N’importe quel triple A passera à fond (ou presque), en atteignant la barre symbolique des 60 FPS, le tout sur un équipement qui peut tenir dans un sac à dos. On reste impressionnés. Même histoire avec du 1080p, sauf qu’ici, les joueurs compétitifs pourront enfin profiter des écrans les plus rapides du marché (240Hz et plus) afin de gratifier leurs rétines d’une avalanche de frames.

Damien GreffetTest ASUS Flow X13 : le portable qui peut remplacer une tour gaming ?

Journaliste / Rédacteur

le mercredi 30 juin 20218:49

Suivre ce rédacteur sur

@d_greffet

@damiengreffet/Test ASUS Flow X13 : le portable qui peut remplacer une tour gaming ?

Ses derniers articles

Playdate : prix, précommandes, jeux, toutes les infos sur la console rétro

Chernobylite : un nouveau trailer bien oppressant au coeur de la zone d’exclusion

Razer : la marque crée un bateau avec une IA pour nettoyer les océans

Formation : ces filières qui recruteront dans les dix années qui viennent

En matière de formations post-bac, l’insertion professionnelle fait office de juge de paix. Encore faut-il s’y retrouver sous le déluge de classements et l’avalanche de salons au cœur de l’angoisse de la période de candidature sur ParcourSup. Lyon Capitale fait le point sur les formations d’avenir, celles qui recruteront dans les dix années qui viennent.

Pas besoin de savoir construire des voitures volantes pour trouver du travail en 2020. Si les métiers du numérique, de l’ingénierie, de l’informatique et des big data constituent évidemment des filières d’avenir aux taux d’insertion enviables, certains secteurs plus traditionnels connaissent aussi une forte tension. C’est le cas de l’hôtellerie-restauration, qui fait partie des dix métiers les plus recherchés en Auvergne-Rhône-Alpes, mais aussi de la gestion ou de la santé. Avec à chaque fois des parcours variés pour arriver à ses fins, notamment l’alternance, même si l’université reste la plus empruntée, drainant encore plus de la moitié des bacheliers.
“Lyon est une académie très attractive”, estime Yves Flammier, chef du service académique d’information et d’orientation, qui souligne la présence d’une offre large et de plusieurs formations d’excellence. La preuve, elle a attiré environ 600 000 vœux sur ParcourSup en 2019. Avec quelques filières d’excellence. Dans ce haut du panier, on cite souvent la licence de droit de l’IAE de Lyon 3, les parcours d’ingénieur de l’Insa ou de Centrale, l’ENS (qui apparaît dans le classement de Shanghai), l’EM Lyon, mais aussi une foultitude de formations moins clinquantes en université, IUT ou BTS, comme le parcours MIASHS (Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales) qui vante ses 100 % d’insertion trente mois après la sortie de master, pour un salaire médian supérieur à 2 400 euros net (voir tableau ci-dessous).

Information, réflexion, orientation

Mais, avec un marché aussi concurrentiel que celui de la formation post-bac, il n’est pas toujours évident de trouver une information fiable sur laquelle appuyer son choix. Le premier critère objectif reste l’inscription au Répertoire national de certification professionnelle (RNCP). Si certaines formations privées sont excellentes et offrent des taux d’insertion remarquables, l’Onisep, seul établissement public fournissant une information fiable, vérifiée et désintéressée, appelle à la vigilance. “L’obtention d’un diplôme ne garantit pas l’insertion sur le marché du travail, avertit Pierre Louis, délégué régional adjoint de l’Onisep. Les étudiants et leurs familles peuvent avoir de mauvaises surprises, en payant cher un diplôme dont ils croient qu’il a de la valeur alors que, s’il n’est pas reconnu, le couperet tombera au moment de l’insertion professionnelle.” L’ancrage de la formation, sa réputation et la qualité du suivi, y compris en stage ou même post-formation, constituent des critères de sélection. “Il y a des systèmes de cooptation, de corporatisme, dans le sens où un ingénieur formé à l’Insa aura plus tendance à recruter dans cette école. Il aura un a priori positif ”, poursuit Pierre Louis.

Le réseau, donc. Mais pas seulement. “Il n’y a projet de formation que s’il y a projet d’orientation, tranche Céline Colombier, du centre régional d’information jeunesse (Crij). La formation n’est qu’un outil. Il faut le temps de mûrir un projet. Malheureusement, en France, la réflexion est inversée : il faut tout de suite penser formation. On nous dit : moi je veux faire un BTS, je veux faire des études, mais je sais pas dans quoi…” Un projet solide permet aussi de diversifier ses vœux sur ParcourSup, en utilisant des moyens détournés de parvenir à son but. “Mon conseil pour ParcourSup, c’est de faire beaucoup de vœux, recommande Yves Flammier. Ne pas se contenter d’une filière mais élargir à des formations voisines. Élargir géographiquement aussi, dans la mesure du possible – il existe des bourses à la mobilité.”

Alternance

De plus en plus utilisée, la voie de l’alternance permet de se confronter plus rapidement au métier pour lequel on se forme. “C’est la clé d’une insertion durable”, assure Céline Colombier, concédant néanmoins que ce cheminement ne convient pas à tous les projets. C’est aussi un moyen de répondre à la précarité étudiante, en sortant un salaire tout en continuant ses études. Une voie adoubée par les parcours IUT et licences professionnelles. “Plus de 70 % des titulaires de DUT continuent sur une licence pro, sans compter les passerelles vers les écoles d’ingénieur”, note Yves Flammier. Si bien que le DUT va être réformé, pour s’aligner sur le parcours LMD en trois ans. Une entrée précoce dans le monde de l’entreprise par l’alternance permet aussi de préparer des carrières plus heurtées, en obtenant une expérience valorisable dans d’autres secteurs. Comme Geoffroy, qui a créé sa société de cosmétiques masculins après sept ans en SS2i à la suite d’une licence pro (cf. portraits de jeunes diplômés). “Un diplôme ne mène pas à un métier, c’est une formation de base, 70 % des personnes formées sur un métier n’exercent pas ce métier, pose Pierre Louis, de l’Onisep. Il faut aussi développer la capacité à s’orienter tout au long de la vie. Je me souviens d’une personne qui avait eu un master de communication avant de se lancer dans un CAP pâtisserie et d’ouvrir un commerce à Lyon qui marche du tonnerre. Avec cette tendance d’un retour aux métiers liés au geste, comme dans l’artisanat d’art.”

“Les métiers du futur restent à inventer, estime Yves Flammier. Ce sont les secteurs professionnels qui dictent la carte, les besoins naissent dans les branches professionnelles.” Comme pour le BTS cyber-sécurité actuellement dans les tuyaux. Les métiers de l’informatique ont évidemment le vent en poupe et plus particulièrement ceux des big data. Le traitement de données de masse, cet or noir du XXIe siècle omniprésent dans nos vies, comme en témoigne Aïcha, diplômée d’un master en 2019 et déjà en CDI dans une entreprise du Cac 40 (cf. portraits). Des formations d’ingénieur, en biosciences par exemple à l’Insa, offrent des débouchés nombreux et bien rémunérés. “Dans le numérique, il y a un besoin énorme, appuie Pierre Louis, de l’Onisep. Beaucoup de codeurs et de développeurs informatiques.”

Le campus numérique de la Confluence, qui va s’installer à Charbonnières, propose ainsi des formations courtes dans lesquelles “on bouffe du code”. “Des formations courtes et très opérationnelles pour les demandeurs d’emploi notamment”, selon Pierre Louis. Ingénieur et cadre d’étude en R&D informatique font partie des dix métiers les plus demandés dans la région, d’après Pôle Emploi.

Lyonnaiseries

“Il ne faut pas que le numérique cache le reste des besoins du tissu économique lyonnais, nuance Karine Tini, chargée de rédaction et documentation à l’Onisep. Il y a des spécificités sur le territoire métropolitain, avec beaucoup d’entreprises industrielles en métallurgie, textile, chimie, raffinerie, pharmaceutique, santé… Le marché du travail recrute des compétences de maintenance industrielle, par exemple. Il y a des carrières dans les milieux industriels, il n’y a pas que la finance et le numérique. Cette fibre industrielle a toujours existé à Lyon, depuis les frères Lumière.” Une tendance soutenue par la présence de campus des métiers et des qualifications, ces groupements de lycées proposant des filières construites autour d’un secteur d’activité d’excellence correspondant à un enjeu économique national ou régional et soutenues par la collectivité et les entreprises. Avec des spécialités comme la lumière et l’éclairage public ou le textile et la mode à Lyon, entre autres. “Lyon est aussi une ville de métiers d’art, avec Émile-Cohl, d’artisanat d’art avec le lycée de la Martinière, poursuit Karine Tini. Ou encore des écoles d’animation 3D, avec des emplois dans la région.” Autant d’alternatives aux trop demandés BTS audiovisuel et bachelor en marketing.

PARCOURSUP

3 questions à Yves Flammier, chef du service académique d’information et d’orientation

ParcourSup est accusé de laisser des jeunes bacheliers sur le carreau. Est-ce le cas ?

Il y a des filières sélectives qui peuvent refuser des candidats. C’est le cas des BTS, IUT ou prépas sélectives ; les dossiers trop faibles ne sont pas retenus. À l’inverse, les filières non sélectives comme les licences vont classer tous les candidats ; mais, dans les filières en tension, certains restent en attente jusqu’à la fin. On n’augmente pas la capacité d’accueil en licence, parce que l’insertion en master n’est pas illimitée. On ajuste le nombre de places en fonction de l’insertion professionnelle du secteur et des opportunités de poursuite d’études. On ne va pas ouvrir le même nombre de places en BTS MUC que Fonderie, parce qu’il n’y a pas les mêmes besoins de main-d’œuvre.

Ce système a pourtant été très critiqué l’an passé, par les bacheliers et leurs parents…

ParcourSup est accusé d’être un instrument de sélection par rapport à APB [précédent système d’inscription post-bac, NdlR], mais il n’y a pas plus de sélection. Elle s’opère autrement. Avant, on avait des tirages au sort sur les filières en tension et ce n’était pas plus juste. Nous préférons des critères objectifs. Il est prévu de faire des propositions au cas par cas aux personnes qui n’ont rien. Des propositions qui ne sont pas exactement celles souhaitées, évidemment, mais avec tout de même un lien. Un système d’encadrement de commissions d’accès à l’enseignement supérieur, que je pilote en tant que conseiller du recteur. Les 1 600 jeunes déboutés qui nous ont sollicités, on leur a tous fait une proposition. Et les quelques centaines qui n’ont pas saisi la commission, nous les avons tous appelés. Ils nous ont tous dit qu’ils avaient trouvé hors ParcourSup.

N’est-il pas cruel de fermer la porte à des élèves plus faibles scolairement, dont le talent aurait pu se révéler par la suite ?

ParcourSup trouve des solutions, au moins autant que le système précédent. Certains bacheliers ont de l’ambition et c’est bien, ils s’orientent vers des filières trop restrictives. Si on a quinze places pour mille candidats, ce ne serait pas raisonnable d’élargir, car il n’y a pas assez d’insertion. On ne peut pas engager des jeunes dans un parcours qui n’offre pas d’avenir, ce serait mensonger et démagogue. Tout critère, classement ou sélection présente des défauts à la marge, et le talent tardif on ne peut pas le laisser, c’est vrai. À tout prendre, il vaut mieux que les jeunes choisissent les filières en fonction de leurs capacités. En bas de classement, parmi les dossiers très faibles, il peut y avoir des talents, mais la diplômation bac+2/3/5 est exigeante, y compris sur des capacités transversales, qu’elles soient scientifiques ou d’expression.

PORTRAITS DE JEUNES DIPLÔMÉS

Geoffrey Bourguignon, diplômé en 2011 de la licence professionnelle e-business de l’IUT Lyon 1, fondateur du site de vente en ligne Ça va barber après sept ans en SS2i

L’informatique, ça peut être barbant. À 30 ans, Geoffrey Bourguignon a travaillé pendant sept ans dans une SS2i basée à Vaise, avant de se lancer dans la commercialisation d’huiles pour la barbe. Après un bac technique option informatique à Villefranche et un BTS informatique de gestion au lycée la Martinière-Duchère, il a enchaîné sur une licence d’e-business à l’IUT Lyon 1. Il y a acquis un savoir-faire, sur la conduite de projet notamment, qu’il a mis à profit dès sa sortie d’études comme programmeur informatique chez Logica, entretemps racheté par CGI, poids lourd des SS2i mondiales. “J’ai cherché dans le Web, mais je ne trouvais rien, par manque d’expérience. Puis un ami m’a coopté”, se souvient-il. Il a passé ses trois premières années à travailler comme prestataire pour la Banque Populaire, sur les programmes des distributeurs de billets. Pas la Californie, mais un salaire qui remplit le frigo, l’expérience d’une grande entreprise et la formation qui va avec. Il enchaîne sur une mission de quatre ans chez EDF, “niveau ingénieur”. Parallèlement, il lance en 2015 son projet de cosmétiques pour homme, “Ça va barber”. “Au début, je le fais plus comme une blague, un défi, mais rapidement ça prend.” Il passe à 80 %, puis à 60 %, par prudence, pour ne pas tout quitter sur un coup de tête. Une double vie professionnelle qu’il mène pendant trois ans. Jusqu’au grand saut, en 2018. “Ça marchait tellement bien que, quand la mission était terminée, je suis parti.” Pas de regret, l’affaire marche toujours. Il garde un bon souvenir et de bons contacts avec son ancien milieu. Et sa formation post-bac lui sert encore. “Il y avait un scope assez large et ça me sert encore quand je dois bidouiller mon site, explique le chef d’entreprise. Sur l’ergonomie, le graphisme, quand il faut retoucher des images via Photoshop, par exemple.” Le bagage professionnel en informatique le rassure quand il redoute une perte de vitesse de son bébé. “Grâce à ces sept ans d’expérience en SS2i j’ai ceinture et bretelles, se félicite-t-il. Il y a énormément de postes à pourvoir dans ce secteur. D’autant plus à Lyon.” Les prestataires informatiques recrutent, ce n’est rien de le dire. “Mais, le luxe, c’est d’être embauché directement chez le client, dit celui qui a quitté ce milieu. Débauché, dans un grand groupe, avec la rémunération qui suit.” (AS)

Agathe Joly-Veillit, 23 ans, qui a intégré l’entreprise dans laquelle elle avait effectué son alternance après sa deuxième année de master à l’Idrac

“J’ai intégré l’Idrac après avoir obtenu un DUT gestion des entreprises et des administrations à Bourg-en-Bresse. Quand j’étais au lycée, je pensais m’orienter sur un métier dans la comptabilité, mais pendant mon DUT j’ai fait pas mal de compta et j’ai eu envie de faire autre chose. Le format IUT me correspondait bien. Je ne me voyais pas en licence dans de grands amphithéâtres. À l’Idrac, j’ai retrouvé ce fonctionnement en promotion d’une centaine d’étudiants, avec des professeurs qui sont là pour nous encadrer. J’ai choisi cette école car je connaissais des gens qui y étudiaient et qu’elle a une bonne réputation sur Lyon. Après mon DUT, je voulais continuer les études jusqu’à bac+5. Je ne me sentais pas capable d’entrer tout de suite dans la vie active et je cherche aussi des postes à responsabilité. J’ai intégré le programme grande école en admission parallèle en bac+3. C’est une formation polyvalente qui propose une spécialisation en cinquième année. J’ai opté pour le marketing.

“J’ai réalisé ma deuxième année de master en alternance dans une entreprise dans laquelle j’avais déjà effectué un stage. Aujourd’hui, je suis en CDI dans cette société, Visiativ. Je suis cheffe de projet marketing. Au départ, l’alternance ne me tenait pas vraiment, mais après quatre ans à faire des stages réguliers je me suis rendu compte que c’est en entreprise que l’on apprend le plus. L’entreprise a pris mon année de scolarité en charge et j’étais payée en plus. Peu d’écoles de commerce proposent une alternance, alors que cela permet d’entrer dans la vie active rapidement. Les étudiants d’école de commerce, nous sommes éduqués à l’idée que l’on va faire plusieurs métiers dans notre vie.” (PT)

Aïcha Sarr, diplômée en 2019 du master Informatique parcours business intelligence et big data de l’Icom (Lyon 2), aujourd’hui en CDI chez Cap Gemini

L’encre sur son diplôme encore fraîche, Aïcha était déjà embauchée par une société du CAC 40. Cette Sénégalaise de 24 ans a signé un CDI chez Cap Gemini, première entreprise de services du numérique française (200 000 collaborateurs) au mois d’août, après y avoir effectué son stage de fin d’études. “Ils étaient très contents de ce que j’avais pu accomplir et j’ai signé un CDI sans période d’essai dans la foulée.” Elle a poursuivi sa mission comme consultante big data pour le cloud de BPI France. Les data, cet or noir du XXIe siècle, la jeune femme les passe à l’alambic de l’intelligence artificielle, brassée de machine learning, et les traite pour en tirer le nectar final, celui qu’elle met à disposition du client afin de générer de la plus-value. “Le but est de donner de la valeur aux entreprises à partir de leurs données clients, mieux connaître son client pour mieux le servir”, explique Aïcha. Aguerrie aux acronymes et autres néologismes du milieu, elle a plusieurs années d’expérience derrière elle.

Après un bac S passé au Sénégal, elle est entrée à l’école polytechnique de Thiès, à Dakar, pour y effectuer deux ans de prépa puis trois ans de cycle ingénieur en génie informatique et des télécommunications, en alternance chez Orange Sénégal. C’est là qu’elle est “tombée amoureuse” des big data. Une première année dans le traitement de données, une deuxième dans le génie logiciel et le développement d’applications pour élargir sa palette, puis une dernière en tant que data scientist junior, où elle se sent déjà à l’aise. Le départ pour Lyon et son master BIBD ressemble donc davantage à un approfondissement. “J’ai pu asseoir ma formation théorique en base de données, rentrer plus dans le fondement des choses qu’en alternance.” Le tout avec des projets concrets, en partenariat avec Alstom, par exemple. “Le côté business intelligence apprend par ailleurs à savoir analyser d’un œil extérieur et permet de se mettre à la place des autres métiers, de leur attente, explique la jeune diplômée. Il manque peut-être un peu d’intelligence artificielle, mais c’est un très bon master en termes de big data et de business intelligence.” Une formation bankable, donc, dans un secteur en pleine expansion. “Tout ce qui touche aux big data est très en vogue actuellement, au sein même de la branche informatique, glisse Aïcha. Toutes les entreprises parlent de données, c’est la technologie d’aujourd’hui.” Mais c’est aussi un milieu où il faut constamment se mettre à niveau, prévient-elle. Reste que ses compétences sont extrêmement demandées, partout dans le monde. Ciblée par les chasseurs de têtes sur Linkedin, elle dit recevoir plusieurs propositions d’emploi chaque semaine. Beaucoup d’offres, donc des rémunérations attractives. “Un data-ingénieur débutant négocie son salaire entre 39 000 et 45 000 euros par an”, avec des possibilités d’évolution rapide. La suite, Aïcha l’envisagerait bien la tête dans le cloud et les mains dans l’IA, “un domaine d’avenir”. Avec quand même un petit passage par Lyon, pour récupérer son diplôme, dont l’encre aura séché. (AS)

Édouard Guibaud, 26 ans, a trouvé son premier emploi un mois après la fin de ses cinq années d’études à l’école Vatel de formation aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration

“Après mon bac ES, j’ai d’abord fait deux premières années de droit à la faculté catholique de Lyon. J’avais choisi cette formation par défaut et parce qu’elle mène à tout. Quand j’étais lycéen, il n’y avait pas un métier qui me faisait vibrer. À la fac, je ne me suis pas senti à ma place : les cours étaient trop théoriques et l’encadrement n’était pas le même qu’au lycée. J’étais jusqu’à présent un élève moyen et je me suis révélé à l’institut Vatel, où l’on est souvent dans des classes d’une trentaine d’étudiants, avec des enseignants qui sont des professionnels. Ma sœur avait suivi cette formation et je m’y suis inscrit. Pendant les trois premières années du cursus, on alterne des cours théoriques comme le marketing et des enseignements plus pratiques dans notre restaurant d’application, en cuisine ou dans le service. J’ai effectué rapidement des stages dans des hôtels quatre ou cinq étoiles. Au bout du premier cycle de trois ans, j’ai souhaité continuer mes études plus que d’entrer dans le monde professionnel sur des métiers opérationnels comme chef de rang ou réceptionniste. J’ai poursuivi sur un cycle qui mène vers des fonctions supports, comme les ressources humaines ou le marketing. Les cours sont plus poussés sur les apprentissages théoriques. Au fil des années, j’ai eu un coup de cœur pour le marketing. Sur ce type de formation, on peut se retrouver en concurrence avec des étudiants d’écoles de commerce ou de communication, mais nous sommes plus spécialisés sur les métiers de l’hôtellerie. C’est l’une des forces de notre école.

“En dernière année de master, j’ai fait un stage de six mois à l’Evian Resort au service marketing, en tant que community manager. À la fin, ils n’ont pas pu me garder, mais ils m’ont rappelé un mois plus tard. Quand je suis entré à l’école, je n’aurais pas imaginé sortir en trouvant un travail directement et dans une entreprise pareille. Je gère les réseaux sociaux, l’e-réputation ou la création de contenus pour un complexe qui a un hôtel cinq étoiles et un autre quatre étoiles ainsi qu’un casino, des thermes, une salle de concert et un golf. Le secteur de l’hôtellerie recrute beaucoup, surtout dans les fonctions opérationnelles. En sortie d’études, je suis aujourd’hui payé 1 800 euros net par mois.” (PT)

Mathilde Genty et Anna Seguis, 24 ans, diplômées de l’école d’infirmiers de la Croix-Rouge

Mathilde et Anna se sont toutes deux retrouvées un peu par défaut sur les bancs de l’école d’infirmiers de la Croix-Rouge à Lyon. Après deux premières années de médecine, elles avaient dû se réorienter. Un concours de circonstances qu’elles ne regrettent pas, trois ans plus tard. Diplômées en juillet dernier, elles travaillent toutes les deux. “Nous savions que nous trouverions assez facilement un emploi dans tous les secteurs. On peut même choisir les branches dans lesquelles on veut aller. En gériatrie ou en psychiatrie, ils recrutent beaucoup”, explique Anna. Pour pouvoir participer à des missions humanitaires – elle s’est rendue au Togo cet automne –, elle-même a opté pour l’intérim : “J’ai une liberté dans le choix des services et des emplois du temps. Je peux voir plein de services différents. Financièrement, c’est aussi un choix rentable. J’arrive à gagner 2 000 euros par mois.”

Mathilde a fait un choix plus classique. Elle est en CDD à l’hôpital Femme-Mère-Enfant, à Bron, au service des urgences gynécologiques et obstétriques. “Durant notre formation, dit-elle, nous avons fait plusieurs stages qui nous permettent d’avoir un aperçu sur l’après. C’est un métier qui demande de prendre sur soi et un investissement personnel important. Il y a des services plus durs que d’autres, psychologiquement. Durant notre formation, nous devons faire des stages dans des unités différentes. On peut se faire une idée.”

Toutes deux avaient été retenues dans plusieurs écoles d’infirmières. Elles ont choisi l’IRFSS Croix-Rouge de Lyon pour l’une de ses spécificités : “L’école propose des stages à l’international et des programmes Erasmus.” Les deux infirmières sont ainsi parties au Cambodge, puis elles ont passé trois mois dans un hôpital public de Grenade. “Sur les connaissances théoriques et les soins, témoignent-elles, c’est le même métier. Mais en Espagne, sur l’organisation, c’est très différent. Les infirmiers étudient pendant quatre ans. Les deux premières années sont consacrées à la théorie puis les deux suivantes à l’application. Je préfère notre modèle français, il est moins frustrant.” (PT)

Nina Heckel, 24 ans, diplômée en 2018 d’un master de dessinateur concepteur, spécialisation cinéma d’animation à l’école Émile-Cohl

Avec deux parents ayant suivi une formation artistique, Nina a été bercée dès son plus jeune âge par le dessin. La maison, véritable atelier de création, était son terrain de jeu. Le crayon scotché à la main, elle a été encouragée par ses proches à s’orienter vers des études d’art. Alors, son bac ES en poche, Nina est entrée à l’école Émile-Cohl, où elle s’est ensuite spécialisée dans le cinéma d’animation. Durant ses cinq années de formation, elle a pu travailler son propre style de dessin, à force d’accumuler de nombreuses techniques. “La formation à Émile-Cohl est très complète. Les premières années, on apprend à observer, à avoir le compas dans l’œil, puis petit à petit on développe notre imaginaire et notre style.” L’école propose des cours traditionnels, comme le modèle vivant, l’anatomie, la perspective, la bande dessinée, le modelage, mais aussi des cours numériques de character design, d’animation, de graphisme et de 3D. “Avec tout ceci, on a des bases dans beaucoup de domaines”, vante Nina, l’animation étant celui qui l’a vraiment marquée. “C’est à Émile-Cohl que j’ai découvert la magie de l’animation, le plaisir simple de voir un dessin prendre vie. Le coup de cœur a été assez immédiat.”

Grâce à ce parcours, elle est aujourd’hui capable de s’exprimer aussi bien sur papier que sur tablette graphique. “Mon style actuel mélange dessin à l’ordinateur et papier découpé. J’adore fabriquer les choses de mes mains, je ne veux pas être bloquée derrière un écran.” L’élément clé de la formation qu’elle a suivie, ce sont les stages, qui permettent de mettre un pied dans le monde de l’entreprise. Lors de son premier stage, au studio parisien d’animation Folivari, elle a pu travailler sur la série télé Ernest et Célestine, réalisée par Julien Cheng. Elle vise plus loin avec le deuxième, à Helium Films (autre studio parisien) : entrée en contact avec Claude Barras, elle l’accompagne sur la réalisation de Sauvages !, le pilote de son prochain long-métrage en stop motion.

Diplôme en poche, en 2018, Nina décide de voyager et de souffler un peu – “Après cinq ans d’études à produire des visuels tous les jours, je me sentais un peu essorée”. Mais elle reprend vite le chemin du dessin, répondant à un appel à projets pour En sortant de l’école. “Il s’agit d’une collection qui sort chaque année, explique-t-elle, rassemblant treize jeunes réalisateurs, pour réaliser treize courts-métrages sur un poète français.” Nina s’envole alors pour Nantes, où durant six mois elle produit un film d’animation inspiré d’Après trois ans, un poème de Paul Verlaine. Le projet prendra fin en février 2020 et sera diffusé sur France 3.

Avec un emploi du temps bien chargé, Nina n’a pas le temps de penser à plus tard, évoquant notamment le travail en free lance, vers lequel de nombreux jeunes artistes se tournent. “Quand on sort de l’école, ce n’est déjà pas facile de comprendre quoi faire. Il y a tant de questions en même temps… Où s’inscrire ? Pôle Emploi ? Comment acquérir nos 507 heures pour être intermittent du spectacle ? Et la Sécu ? Je ne voulais pas me rajouter une couche d’angoisse tout suite. On verra peut-être plus tard pour le free-lance, si un projet le nécessite.” Mais elle n’est pas inquiète pour l’avenir, le cinéma d’animation offrant de nombreuses opportunités un peu partout. “Je n’ai pas vraiment une destination en tête, j’aime le côté mobile du statut d’intermittent du spectacle, partir à l’aventure. Je bougerai en fonction des projets.” (LF)

[Dossier extrait de Lyon Capitale n° 795 – Janvier 2020]

Comment brancher un micro sur un ordinateur portable ? [Tutoriel]

Un micro connecté à un ordinateur sert dans de nombreux cas : de l’enregistrement d’un podcast, à la réalisation de vidéos pour YouTube, ou encore pour enregistrer ses chansons !Comment brancher un micro sur un ordinateur portable ? [Tutoriel]

Mais pour pouvoir connecter son microphone avec fil à son pc portable, il va vous falloir savoir quelques notions !

Si vous souhaitez brancher votre nouveau micro sur votre pc portable mais vous ne savez pas comment faire ? Pas de problème, on vous explique tout en détail !

Sommaire !

Comment connecter le micro à son pc portable ?

Branchement du micro avec un cable USB !

Comment connecter son micro professionnel à son ordinateur portable ?

Que faire si votre ordinateur portable ne dispose pas d’une entrée mini-jack ?Comment brancher un micro sur un ordinateur portable ? [Tutoriel]

Votre pc portable ne veux pas reconnaitre votre micro ?

Comment connecter le micro à son pc portable ?

Micro avec cable usb ou mini jack, voici les étapes à suivre !

Branchement du micro avec un cable USB !

Selon le modèle de votre micro, la connectivité avec votre pc portable peut être réalisé avec le cable USB fournit par le fabricant. Pour brancher correctement un microphone avec un câble USB, suivez les étapes suivantes :

Connectez le microphone au port USB de votre choix sur votre ordinateur. Les ports USB pour le branchement se trouve sur les côtés latérales de votre pc ou sur l’arrière.

Attendez quelques secondes qu’une notification s’affiche sur l’écran de votre ordinateur. Si rien ne s’affiche, ne paniquez pas ! Déconnectez le micro du port et reconnectez-le à nouveau !Comment brancher un micro sur un ordinateur portable ? [Tutoriel]

Une fois l’installation terminée avec succès, effectuez les tests appropriés :

Peu importe le système d’exploitation Windows que vous utilisez, windows 10 ou 8, voir Windows 7 pour les plus anciens, rendez-vous dans la barre de recherche de Windows. Elle se trouve en bas à gauche de votre écran. Quand vous y serez tapez « Son »

Vous verrez apparaitre plusieurs choix dont : « Paramètres de son » Cliquez-dessus.

Si votre micro n’est pas reconnu comme le périphérique par défaut, allez sur l’onglet « Choisir votre périphérique d’entré et sélectionné votre microphone.

Faites un test en parlant à travers le micro, si vous voyez la bande bleu bouger, bonne nouvelle, tout fonctionne parfaitement !

Dans le cas d’un micro dépourvu de cable USB comme c’est généralement le cas avec un micro professionnel, voici comment faire !

Comment connecter son micro professionnel à son ordinateur portable ?Comment brancher un micro sur un ordinateur portable ? [Tutoriel]

Pour connecter un micro professionnel à un ordinateur portable, vous aurez besoin d’un adaptateur. Cela réduit l’ouverture de connexion normale d’un micro (3,5 mm) à un microphone adapté à l’ordinateur portable.

Lorsque vous avez l’adaptateur, il vous suffit de mettre la partie microphone sur l’adaptateur (dans le trou à une extrémité), et l’autre partie le brancher sur l’ordinateur dans la section “Mp3”.

Il ressemblera à quelque chose comme ça :

Que faire si votre ordinateur portable ne dispose pas d’une entrée mini-jack ?

Si votre ordinateur portable ne dispose pas d’un dispositif d’entrée sonore, vous pouvez acheter un adaptateur USB afin de pouvoir brancher votre microphone. Il est doté d’une carte son interne qui lui permet de fonctionner parfaitement.

Promo

253 CommentairesComment brancher un micro sur un ordinateur portable ? [Tutoriel]

Hagibis Carte Son Externe USB, Adaptateur Jack vers USB, écouteurs USB vers Jack 3,5 mm, Microphone…

Voir l’offre sur Amazon

Vous pourrez ainsi utiliser l’adaptateur mentionné ci-dessus pour le microphone professionnel au lieu de le connecter directement à votre pc portable. Pour ce faire, branchez-le dans la fente verte de cet adaptateur USB

En toute simplicité, l’adaptateur USB sera à connecté sur votre port USB du pc. Tout comme une clé USB classique !

L’avantage de ce type d’adapteur, c’est qu’il nécessite aucune configuration préalable pour faire fonctionner votre nouveau micro. La majorité d’entre eux sont appelés “plug & play“, c’est-à-dire qu’ils se connectent et s’utilisent en toute facilité !

Votre pc portable ne veux pas reconnaitre votre micro ?

Si après avoir connecté votre micro et vérifié que le périphérique est bel et bien branché, il se peut que votre ordinateur portable ne le reconnait pas ! Cela est surement dû à la carte son qui n’est pas compatible avec votre micro. Mais rassurez-vous, cela arrive rarement !

HP 15-gw0000nf, PC portable 15″ noir pas cher fin et léger avec grosse capacité de stockage et USB-C (429€)

HP 15-gw0000nf, PC portable 15″ noir pas cher fin et léger avec grosse capacité de stockage et USB-C (429€)HP 15-gw0000nf, PC portable 15

15″ antireflet, Athlon Silver 3050U, 1000 Go, USB-C, 1.74 Kg, design noir

Notre avis sur l’HP 15-gw0000nf

Discret avec son design noir, l’HP 15-gw0000nf pas cher est un ordinateur portable conçu pour une utilisation courante bureautique. Doté d’un écran 15 pouces antireflet, ce PC fin et léger s’appuie sur un processeur AMD Athlon Silver et offre une grosse capacité de stockage de 1000 Go ainsi qu’une connectique USB-C.

382€

Meilleur prix connu : 429€

Voir plus de prix

Caractéristiques de l’HP 15-gw0000nf

Écran(s)

15.6’’ WXGA HD LED 45% NTSC 220cd/m2 (1366×768, antireflet)

Processeur

AMD Athlon Silver 3050U Picasso (2.3 GHz, 2 cœurs, TDP 15W)

Mémoire vive installée (max)

4 Go (1 x 4 Go) DDR4 2400 MHz (16 Go), 2 slots (1 libre)

Carte graphique

AMD Radeon Vega 2 intégrée au processeur

Stockage

1000 Go à 5400 tr/min

Connectique

2 USB 3.0 + 1 USB 3.1 Type-C (Gen1), HDMI 1.4b, SD/SDHC/SDXC

RéseauHP 15-gw0000nf, PC portable 15

Wi-Fi ac (1×1, Realtek RTL8821CE), Bluetooth 4.2 + Ethernet Gigabit (Realtek RTL8111HSH-CG )

Clavier rétro éclairé

Pavé numérique

Oui

Windows Hello

Système audio

Oui, HP Audio Center

Système d’exploitation

Windows 10 64 bits

Autonomie annoncée / Batterie

6 heures / Li-Ion 3 cellules 41Whr (210 gr)

Poids / Dimensions (mm)

1.74 Kg / 358 x 242 x 19.9

L’HP 15-gw0000nf face à la concurrence

L’HP 15-gw0000nf est actuellement proposé par Boulanger et se positionne comme l’un des seuls de sa catégorie à offrir une capacité de stockage aussi élevée.

Si ce PC portable ne correspond pas totalement à vos besoins, nous vous invitons à consulter notre guide PC portable pas cher, vous y trouverez d’autres ordinateurs portables similaires qui peuvent constituer de bonnes alternatives à l’HP 15-gw0000nf.

Châssis, connectique, écran de l’HP 15-gw0000nf

Il arbore un design sobre et élégant avec son châssis Noir ébène motif maillage finition texturée.HP 15-gw0000nf, PC portable 15

Cet ordinateur portable fin et léger est bien équipé en matière de connectique, rivalisant ainsi avec celle proposée par de nombreux PC plus chers. On retrouve en effet 1 USB-C, des module sans-fil Wi-Fi ac et Bluetooth 4.2 pour se connecter et communiquer à distance, des ports audio et Ethernet, une sortie vidéo HDMI utile afin de le relier facilement à une TV ou un moniteur par exemple sans oublier ses 3 USB tous compatibles à la fois USB 2.0 et USB 3.0, les USB 3.0 garantissant des transferts jusqu’à 10 fois plus rapides qu’en USB 2.0 si des périphériques USB 3.0 y sont connectés.

L’écran adopte une définition de 1366×768 ainsi qu’un format 16/9ème se prêtant bien à la lecture de vidéos, des spécifications classiques. Il se démarque cependant par son traitement antireflet le rendant moins fatigant pour les yeux à la longue qu’une dalle brillante et plus lisible en environnement lumineux (ex : extérieur).

Performances, autonomie de l’HP 15-gw0000nf

L’HP 15-gw0000nf est un ordinateur portable 15 pouces fin et léger destiné à une utilisation courante nomade.

Il délivre des prestations modestes qui conviennent à de la bureautique et du surf sur Internet notamment et plus globalement à un usage courant car il embarque 4 Go de mémoire vive couplés à un processeur AMD Picasso APU (Accelerated Processing Unit) basse consommation Athlon Silver 3050U.

Ce dernier loge en son sein la partie graphique Radeon Vega 2 qui permet de regarder des photos et vidéos. En revanche ce PC portable fin et léger n’est pas conçu pour réaliser des travaux graphiques lourds comme les jeux car il n’embarque pas de carte graphique dédiée.

Il faut bien garder à l’esprit que le cœur de cet ordinateur montre ses limites en multitâches et sous les logiciels un peu gourmands en ressources processeur, ce qui se traduit par des ralentissements.

382€

Meilleur prix connu : 429€

Voir plus de prix

En tous les cas, ceux qui souhaitent stocker et installer de multiples fichiers et logiciels sur leur PC seront ravis de retrouver embarqué un disque dur d’une capacité importante de 1000 Go.

Quant à l’autonomie de cet ordinateur dont le poids contenu et la finesse facilitent le transport, misez sur environ 7 heures sur batterie en utilisation légère.

Publié par Marine |

22 Avr 2021

| 0

1000 Go, 15″, Athlon Silver 3050U, bureautique, HP 15, HP 15-gw, HP/Compaq, Picasso, USB-C

Partager:

Besoin d’aide pour choisir votre PC portable ?

LaptopSpirit vous propose un court questionnaire qui va nous permettre de bien comprendre vos besoins. Nous pourrons ainsi vous conseiller les ordinateurs portables les plus adaptés à votre utilisation et à votre budget !

Demandez-nous conseil !

Asus R515DA-EJ032T, 15 pouces léger multimédia (599€)

Asus R515DA-EJ032T, 15 pouces léger multimédia (599€)Asus R515DA-EJ032T, 15 pouces léger multimédia (599€)

15″ mat, Ryzen 5 Quad Core, Vega 8, SSD 512 Go, 8 Go, 1.8 Kg

Article initialement publié le 4 novembre 2020 :

Notre avis sur l’Asus R515DA-EJ032T

Propulsé par un puissant processeur Quad Core Ryzen 5, l’Asus R515DA-EJ032T a tout du petit PC productif par excellence. S’il peut d’abord séduire par son design soigné, les possibilités qu’il offre couvrent l’ensemble des tâches courantes avec un peu d’édition, de quoi répondre à la majorité des utilisateurs à la recherche d’un PC 15 pouces compétitif. Le système est réactif grâce à la RAM en bonne quantité (8 Go) et au stockage SSD rapide de 512 Go. Par contre, la mise en images est un peu moins enthousiasmante avec son écran de 15 pouces antireflet HD (768p) glissé dans un châssis argenté passe partout. On a par ailleurs déjà vu plus compact dans sa catégorie et le clavier n’est pas rétro-éclairé.

Stock épuisé…

Découvrez les meilleures promos PC portable !

L’Asus R515DA-EJ032T face à la concurrence

L’Asus R515DA-EJ032T prend place dans une catégorie plutôt disputée dans notre comparatif où son léger avantage sur le prix peut peut-être faire la différence. Sachez toutefois que l’absence d’écran Full HD le tire vers le bas et que la concurrence marquée par les Huawei Matebook 15 et Honor Magicbook 15 est écrasante (meilleur châssis, écran, autonomie…).

Caractéristiques Asus R515DA-EJ032T

Clavier rétro-éclairé-

Écran(s)

15.6″ HD LED 200nits (1366×768, antireflet)

Processeur

AMD Ryzen 5 3500U Picasso (2.1 GHz, 4 cœurs)

Mémoire vive installée (max)

8 Go (soudés) DDR4 2400 MHz

Carte graphique

AMD Radeon Vega 8

StockageAsus R515DA-EJ032T, 15 pouces léger multimédia (599€)

SSD M.2 de 512 Go (NVMe PCIe 3.0)

Connectique

2 USB 2.0 + 1 USB 3.2 + 1 USB 3.2 Type-C (Gen1), HDMI 2.4, microSD/SDXC

Réseau

Wi-Fi ac, Bluetooth 4.1

Pavé numérique

Oui

Windows Hello

Système audio

2 haut-parleurs SonicMaster

Système d’exploitation

Windows 10 64 bits

Autonomie annoncée / Batterie

5 heures / Li-Ion 2 cellules 37Whr

Poids / Dimensions (mm)

1.8 Kg / 360 x 235 x 19.9

Châssis, connectique, écran du Asus R515DA-EJ032T

L’Asus R515DA-EJ032T ne révolutionne pas les codes du design avec ses tons argent/gris et ses lignes arrondies et un boitier composé essentiellement de plastique. Toutefois, le résultat est soigné et neutre, sans effet de texture. Le clavier argenté lui aussi n’est pas rétro-éclairé, ce qui peut gêner la perception du lettrage par temps ensoleillé.Asus R515DA-EJ032T, 15 pouces léger multimédia (599€)

Côté mensurations, il se positionne dans la moyenne pour sa catégorie “entrée de gamme” avec 19,9 mm d’épaisseur pour un un poids plutôt raisonnable autour de 1.9 kg, de quoi l’ouvrir à un peu de vie nomade.

A l’ouverture, on découvre un écran encadré de contours qualifiés de NanoEdge, l’appellation d’Asus pour le borderless, mais le résultat est loin du borderless admis en 2020 avec un cadre qui reste très présent autour de l’écran. Parlant de lui, l’écran réserve un bilan on ne peut plus standard avec sa définition HD (1366 x 768 px) et le support d’une dalle TN aux angles de vision étroits et à la colorimétrie moyenne. Son traitement antireflets est le bienvenue cependant car il va jouer sa part de confort en contrant les reflets pour permettre de travailler dans de bonnes conditions en ambiance lumineuse. qui vont amplifier la sensation d’immersion.

La connectique a l’avantage d’intégrer un port USB Type-C (interface polyvalente). Le reste est à l’avenant avec un lecteur de carte microSD, une sortie HDMI et trois autres ports USB dont deux sont limités par la norme 2.0. Les modules sans fil sont quant à eux confiés aux Wifi 802.11 AC et Bluetooth 4.1. Il n’y a pas d’option de connexion biométrique (Windows Hello), il vous faudra donc taper votre mot de passe pour déverrouiller votre session.

Performances, autonomie du Asus R515DA-EJ032T

Le stockage est au centre de cette configuration puisqu’il est confié à un SSD dédié de 512 Go. Globalement plus silencieux, robuste et économe en énergie qu’un disque mécanique, il permet à Windows d’atteindre un niveau de fluidité remarquable avec des délais de chargement brefs et une exécution sans latences. Pour ne rien gâcher, sa capacité de stockage est généreuse pour un SSD (512 Go) et pourra contenir une importante partie de votre ludothèque sans forcément recourir à une solution externe.

Mais les capacités de cet Asus R515DA-EJ032T dépendent principalement du processeur, confié ici à APU AMD de dernière génération Quad Core Ryzen 5 3500U basse consommation. Il succède au Ryzen 5 2500U avec un gain de plus en moins 10% en matière de puissance, de quoi arriver à un niveau proche d’un Quad Core i5-8265U. De fait, l’usage courant est parfaitement pris en charge et vous pouvez même vous atteler à des missions de type retouche photo, montage vidéo et calcul léger sans trop trembler. D’autant que l’APU est secondé par 8 Go de mémoire vive, un total adéquat pour naviguer avec fluidité en multitâche.

Le chipset AMD Radeon Vega 8 intégré au processeur va se charger du rendu graphique, à savoir qu’il tient la dragée haute à la puce Intel UHD 620 des processeur Intel Comet Lake/Whiskey Lake. Alors que cette dernière s’apparente à une GeForce MX110 en termes de performances, la Vega 8 va égaler une GeForce MX130 et permettre un peu de jeu en définition et détails moyens (1366 x 768 px).

Pour ce qui est de l’autonomie, ne tablez pas sur plus de 5 heures en raison de sa petite batterie (37 Whr). C’est trop limité pour envisager de travailler en mobilité.

Stock épuisé…

Découvrez les meilleures promos PC portable !

Publié par Eve |

4 Nov 2020

| 0

15″, 8 Go, AMD Picasso Ryzen, Asus R515, Asus R515DA, M.2 NVMe PCIe, Picasso, Quad Core, Quad Core basse consommation, Ryzen 5 3500U, SSD 500 Go, USB-C

Partager:

Besoin d’aide pour choisir votre PC portable ?

LaptopSpirit vous propose un court questionnaire qui va nous permettre de bien comprendre vos besoins. Nous pourrons ainsi vous conseiller les ordinateurs portables les plus adaptés à votre utilisation et à votre budget !

Demandez-nous conseil !

Retour à Singapour – survivre au SHN

Conditions générales d’utilisationCONDITIONS GÉNÉRALES D’UTILISATION DU SITE LEPETITJOURNAL.COM. IL EST IMPORTANT DE LIRE ATTENTIVEMENT ET DE COMPRENDRE CES CONDITIONS GENERALES D’UTILISATION DU SITE. EN ACCEPTANT LES PRÉSENTES, VOUS VOUS ENGAGEZ A RESPECTER LES TERMES ET CONDITIONS CI-APRÈS. SI VOUS N’ÊTES PAS D’ACCORD AVEC CES TERMES ET CONDITIONS ET QUE VOUS NE VOULEZ PAS LES RESPECTER, VOUS NE DEVREZ PAS LES ACCEPTER ET NE POURREZ PAS, EN CONSÉQUENCE, BÉNÉFICIER DES SERVICES PROPOSES PAR LA SOCIÉTÉ SUR LE SITE LEPETITJOURNAL.COM.Dernière mise à jour : 25 juin 2021PréambuleLa société LEPETITJOURNAL.COM SARL, Société à responsabilité limitée au capital social de 6 460,00 €, immatriculée au RCS de PARIS sous le numéro B 453 390 148, dont le siège social est fixé au 54 Rue de Paradis, 75 010, Paris, France (ci-après dénommée « la Société ») édite et anime un site Internet sous la marque LEPETITJOURNAL.COM, accessible sur le réseau internet à l’adresse https://lepetitjournal.com/ (ci-après dénommé « Lepetitjournal.com » ou « le Site »), ayant pour objet :de publier des articles d’informations générales et politiques ;de proposer aux utilisateurs un service d’Agenda, de publication et de consultation d’annonces et de consultation d’un annuaire ;de proposer un service de publication de commentairesLepetitjournal.com agit en tant que site d’informations sur l’actualité générale liée à l’expatriation.Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les conditions et modalités de la mise à disposition de ces Services aux utilisateurs du Site. L’utilisation de Lepetitjournal.com ou des services proposés sur Lepetitjournal.com supposent l’acceptation pleine et entière des présentes Conditions Générales d’Utilisations par les Utilisateurs y compris des stipulations de toute notice applicables au site.Article 1. Définitions et champ d’application1.1 Définitions GénéraleLes définitions ci-dessous ont une signification identique qu’elles soient utilisée au singulier ou au pluriel.« Campagne de contribution » désigne la collecte de fonds lancée sur Lepetitjournal.com par Lepetitjournal.com conformément aux Conditions Générales d’Utilisation.« Compte Personnel » désigne l’espace personnel de l’Utilisateur sur le Site. Cet espace est accessible uniquement par la saisie des Identifiants de connexion, et permet l’accès aux Services fournis par la Société. Il permet également à l’Utilisateur de consulter et de modifier ses propres données personnelles.« Conditions Générales » désignent les présentes conditions générales d’utilisation du Site applicables aux Visiteurs qui peuvent être consultées sur le Site par tout Visiteur et auxquelles ces Visiteurs doivent adhérer pour pouvoir devenir Utilisateur.« Contributeur » désigne un Utilisateur qui s’est inscrit sur le site et/ou qui souhaite soutenir la Campagne de Contributions proposées sur le Site en réalisant des Contributions.« Contribution » désigne toute somme en numéraire collectée par le Lepetitjournal.com par l’intermédiation du Site en vue de financer la Campagne de contributions proposée sur le Site.« Droits de Propriété Intellectuelle » désigne l’ensemble des droits de propriété intellectuelle tels que prévus par le Code de propriété intellectuelle et les conventions nationales et, notamment, les droits d’auteur, les droits voisins des artistes interprètes et des producteurs phonographiques et vidéo graphiques, le droit des marques, les brevets, appellations commerciales (y compris les noms de domaine Internet et les noms d’adresse e-mail), les copyrights, droits moraux, droits sur tous modèles, droits sur toute base de données, savoir-faire, enregistrés ou non ou pouvant être enregistrés ou non et subsistant dans toute partie du monde.« Identifiant » désigne les données nécessaires à l’identification d’un Utilisateur par l’Emetteur se composant d’un User (adresse e-mail valide) et d’un mot de passe.« Jour Ouvré » désigne un jour calendaire à l’exception des samedis, dimanches, et jours fériés en France métropolitaine.« Lepetitjournal.com » ou « le Site » : désigne le site communautaire accessible sur le réseau internet à l’adresse https://lepetitjournal.com/, propriété exclusive de la Société, dont le but est notamment de permettre à Lepetitjournal.com de créer et promouvoir la Campagne de Contributions et aux Contributeurs d’apporter leur soutien financier à cette Campagne de Contributions, par les Contributions réalisées par l’intermédiaire du Site.« Partie » désigne, selon le cas, la Société et/ou tout Utilisateur ayant accepté l’application des Conditions Générales, et « Parties » désigne l’ensemble d’entre elles.« Service(s) » désigne l’ensemble des Services, payants ou gratuits proposés sur le Site.« Société » désigne la société LEPETITJOURNAL.COM, société à responsabilité limitée au capital social de 6 460,00 €, immatriculée au RCS de PARIS sous le numéro B 453 390 148, dont le siège social est fixé aux 54 Rue de Paradis, 75 010, Paris, France.« Transaction » désigne une transaction conclue par un Utilisateur dans les conditions visées aux Conditions Générales d’Utilisation du Site et donnant lieu à Opération de paiement.« Utilisateur » désigne les Contributeurs inscrits sur le Site sous condition d’avoir préalablement adhéré aux Conditions Générales.« Visiteur » désigne toute personne qui se rend sur le Site pour consulter le contenu et les informations publiés sur le Site sans y être inscrite ou préalablement à son inscription sur le Site en tant qu’Utilisateur.1.2 Champ d’applicationLes présentes conditions générales d’utilisation (« ci-après les Conditions Générales ») s’appliquent, sans restriction ni réserve, à l’ensemble des Services proposés par la Société sur son Site, accessible notamment à l’adresse https://lepetitjournal.com/.Ces Conditions Générales prévalent sur toute autre condition générales ou particulières non expressément agréées par la Société.La souscription de Services est réservée aux seuls Utilisateurs ayant préalablement pris connaissance des Conditions Générales d’Utilisation dans leur intégralité et les ayant acceptées sans réserve.L’Utilisateur déclare et reconnaît avoir lu les Conditions Générales d’Utilisation dans leur intégralité.Les présentes Conditions Générales d’Utilisation prennent effet à compter de leur publication sur le Site et restent en vigueur jusqu’à leur modification partielle ou totale par la Société.Les Conditions Générales d’utilisation sont mises à jour de manière régulière, et sont donc susceptibles de modification. Compte tenu notamment des extensions et d’améliorations possibles du fonctionnement du Site, la Société se réserve la possibilité d’adapter ou de modifier à tout moment le champ des prestations offertes par l’intermédiaire du Site. La Société se réserve le droit de modifier unilatéralement les Conditions Générales d’Utilisation à tout moment, sans préavis.Les nouvelles caractéristiques seront mises en ligne sur le Site afin d’être portées à la connaissance des Utilisateurs. Il appartient en conséquence à l’Utilisateur de consulter et d’accepter les Conditions Générales d’Utilisation au moment où il effectue une Contribution, notamment afin de s’assurer des dispositions en vigueur. Chaque utilisation des Services proposés sur le Site par les Utilisateurs constitue l’acceptation de la dernière version des Conditions Générales d’Utilisation publiées sur le Site.Article 2. Conditions d’accès et d’inscription sur le Site Lepetitjournal.com2.1 Consentement et capacitéL’inscription se fait en complétant un formulaire en ligne. Une fois le formulaire rempli et validé, le Site adresse un e-mail permettant de confirmer la demande de l’Internaute. Lors de l’inscription, l’Utilisateur ou le Créateur de Collecte s’engage à fournir des données exactes, et est tenu de remplir l’ensemble des champs obligatoires figurant dans le formulaire d’inscription.L’Utilisateur, personne physique doit être majeur et doit avoir la capacité de contracter.Le représentant de l’Utilisateur personne morale certifie détenir l’intégralité des droits nécessaires à la conclusion des présentes au nom de la personne morale qu’il représente.La Société devra accepter l’inscription de l’Utilisateur. À cet égard, la Société se réserve notamment le droit de refuser l’inscription à tout Utilisateur qui ne remplirait pas les conditions de bonne moralité, ou qui contreviendrait aux valeurs et à l’éthique que la Société s’efforce de véhiculer, sans que cette dernière ne soit tenue de motiver ce refus.La Société est seule décisionnaire des inscriptions qu’elle retient, sans recours possible, ni indemnité de quelque nature que ce soit.L’Utilisateur s’engage à ne pas créer ou à utiliser d’autres comptes que celui initialement créé, que ce soit sous sa propre identité ou celle d’un tiers. Toute dérogation à cette règle devra faire l’objet d’une demande explicite de la part de l’Utilisateur et d’une autorisation expresse et spécifique de la Société. Le fait de créer ou utiliser de nouveaux comptes sous sa propre identité ou celle de tiers sans avoir demandé et obtenu l’autorisation de la Société pourra entraîner la suspension immédiate du compte de l’Utilisateur et de tous les services associés.L’Utilisateur garantit que les informations communiquées par lui sur le Site sont exactes, sincères et conformes à la réalité. Il s’engage à informer La Société sans délai en cas de modification des informations communiquées au moment de l’inscription, et le cas échéant, à procéder lui-même à ces modifications au sein de son espace personnel.2.2 Identifiant et mot de passeDès la création de son compte, l’Utilisateur choisira ou se verra attribuer un identifiant et un mot de passe (ci-après « Identifiants ») lui permettant d’accéder à son espace personnel. Ces identifiants sont personnels et confidentiels. Ils ne peuvent être changés que sur demande de l’Utilisateur ou à l’initiative de la Société.L’Utilisateur est seul et entièrement responsable de l’utilisation des Identifiants le concernant et s’engage à mettre tout en œuvre pour conserver secret ses Identifiants et à ne pas les divulguer, à qui que ce soit, sous quelques formes que ce soit et pour quelque raison que ce soit.L’Utilisateur sera responsable de l’utilisation de ses Identifiants par des tiers ou des actions ou déclarations faites par l’intermédiaire de son compte personnel d’Utilisateur, qu’elles soient frauduleuses ou non et garantit la Société contre toute demande à ce titre.Par ailleurs, la Société n’ayant pas pour obligation et ne disposant pas des moyens techniques de s’assurer de l’identité des personnes s’inscrivant sur le site, elle n’est pas responsable en cas d’usurpation de l’identité de l’Utilisateur. Si l’Utilisateur a des raisons de penser qu’une personne utilise frauduleusement des éléments d’identification ou son compte, il devra en informer immédiatement la Société.En cas de perte ou de vol d’un des Identifiants le concernant, l’Utilisateur est responsable de toute conséquence dommageable de cette perte ou de ce vol, et doit utiliser, dans les plus brefs délais, la procédure lui permettant de les modifier.Dans l’hypothèse où il aurait connaissance de l’accès d’une autre personne à son Compte Personnel, l’Utilisateur en informera immédiatement le responsable du Site par e-mail à l’adresse aidelpj@gmail.com, et confirmera par courrier recommandé cette information à l’adresse suivante : LEPETITJOURNAL.COM, 54 Rue de Paradis, 75 010, Paris, France.Une utilisation du site qui serait frauduleuse, ou qui contreviendrait aux présentes Conditions Générales, justifiera que soit refusé à l’Utilisateur, à tout moment, l’accès aux Services ou autres fonctionnalités du Site.Article 3. Conditions applicables à la Campagne de Contributions et de suivi des Contributions3.1 Collecte des ContributionsLes Contributeurs sont entièrement libres du montant et de l’affectation de leurs Contributions.En acceptant les présentes, le Contributeur déclare que la source des fonds utilisés par lui sur le Site n’est pas illégale et s’engage à ne pas utiliser cette dernière pour une activité illégale ou frauduleuse, notamment le blanchiment d’argent.3.2 Règlement des Contributions par les ContributeursLe paiement de la Contribution sera effectué à l’aide d’un moyen de paiement proposé pour la Campagne de Contributions concernée, qui est Paypal et/ou tout autre moyen de paiement déjà proposé sur le Site ou qui seront intégrés au service dans le futur.Quand vous soutenez la Campagne de contributions vous acceptez donc les conditions d’utilisation des systèmes de paiements utilisés sur Lepetitjournal.com.Pour les flux de paiement et de collecte de fonds en euros : Lepetitjournal.com a choisi de faire confiance à Paypal pour l’ensemble des services monétiques de paiement par carte bancaire et par débit direct libellés en euros.En utilisant le système de paiement par Carte Bancaire ou par Débit Direct proposé sur le Site Lepetitjournal.com pour réaliser un paiement en euros ou autre devise, vous acceptez donc les conditions d’utilisation de Paypal qui sont annexées aux présentes et sont parties intégrantes des conditions générales d’utilisation du site Lepetitjournal.com.3.3 Gestion des ContributionsLa Contribution par carte bancaire est immédiatement débitée du compte du Contributeur et est immédiatement créditée dans les Fonds Collectés de la Campagne de Contributions, et ne peut dès lors plus dès lors être remboursée au Contributeur.Le Contributeur reconnaît et accepte expressément que la Société communique à Lepetitjournal.com les informations sur son identité ainsi que son adresse, notamment afin de permettre à Lepetitjournal.com de remercier ses Contributeurs et de les tenir informés sur les actions liées à sa Campagne de Contributions.Article 4. Conditions applicables aux contenus diffusés via le Site et aux espaces de commentaires4.1. Responsabilité du fait des messages et contenus mis en ligne par les Utilisateurs L’Utilisateur de poster tout contenu susceptible d’induire en erreur les autres utilisateurs du site, ou constituant une fausse déclaration. Il engage seul sa responsabilité à l’égard des autres utilisateurs, pour les préjudices subis par ces derniers en raison de la nature inexacte ou trompeuse de ces contenus.L’Utilisateur doit s’assurer qu’il détient les droits, notamment de propriété intellectuelle nécessaire à la publication des contenus qu’il diffuse.La Société décline toute responsabilité résultant de la violation éventuelle des droits des tiers.Les Utilisateurs sont seuls responsables des contenus qu’ils mettent en ligne les espaces de commentaires et s’engagent à ce que les informations publiées ne violent pas de disposition légale ou réglementaire en vigueur. En particulier, l’Utilisateur, ou le Créateur de Collecte s’interdit de poster tout contenu manifestement ou potentiellement illicite, quel qu’en soit le support (sons, textes, images, vidéos, etc.).La Société n’exerce pas de modération en amont sur les messages et contenus mis en ligne par les Utilisateurs, ou auquel le Site est susceptible de renvoyer. Elle agit en tant qu’hébergeur au sens de l’article 6 I 2° de la LCEN, et se livre à ce titre à une simple activité de stockage.4.2. Information de la Société par les Utilisateurs du Site.Tout Utilisateur doit signaler à la Société tout contenu illicite ou manifestement illicite par e-mail, à l’adresse aidelpj@gmail.com.4.3. Droit de suppression des contenus et/ou du Compte Personnel de l’Utilisateur.La Société se réserve la possibilité de supprimer immédiatement, sans notification préalable et sans indemnités, tout contenu illicite ou manifestement illicite dont elle a eu connaissance, ainsi que le Compte Personnel de tout Utilisateur qui aurait publié le contenu illicite.Par ailleurs, en application de l’article 6 I 7° de la LCEN, la Société se réserve le droit de communiquer aux autorités judiciaires, tout élément permettant l’identification de tout Utilisateur ayant posté un contenu manifestement illicite porté à sa connaissance.Article 5. Durée de la relation avec la sociétéLes Présentes Conditions Générales de Vente et d’Utilisation s’appliquent pendant toute la durée d’utilisation du Site et jusqu’à la clôture du compte pour quelque raison que ce soit.Article 6. Protection des données personnelles6.1 Recueil d’informationsL’Utilisateur sait et reconnaît qu’il est amené à fournir des informations le concernant lorsqu’il s’inscrit sur le Site et souscrit aux Services proposés par la Société.Certaines informations sont même obligatoires, notamment celles permettant l’identification de l’Utilisateur.Les informations personnelles recueillies par la Société incluent notamment le nom, le prénom, l’adresse e-mail et peuvent inclure également, l’adresse postale et les informations bancaires.En outre, certaines informations non-personnelles peuvent être recueillies comme la version du navigateur de l’Utilisateur (Chrome, Firefox, Internet Explorer, etc.), le type de système d’exploitation utilisé (Windows, Mac os, etc.) et l’adresse IP de l’ordinateur utilisé.Chaque Utilisateur peut, lors de son inscription ou à tout moment ultérieurement, demander à recevoir des offres par e-mail portant sur les Services fournis par la Société et ses partenaires.Ultérieurement, chaque Utilisateur peut demander gratuitement à la Société de recevoir ou ne pas recevoir la newsletter de la Société et/ou les offres promotionnelles qui lui sont adressées par e-mail de la part de la Société et/ou de ses partenaires en gérant ses options dans son Compte Personnel.6.2 Utilisation des donnéesLes informations recueillies au sujet de l’Utilisateur au moment de son inscription et de la souscription de Services ont pour finalité principale de permettre l’identification des Utilisateurs du Site ainsi que l’utilisation par ces derniers des différents Services proposés sur le Site.Toutes les précautions ont été prises sur les bases de données pour archiver les informations des Utilisateurs dans un environnement sécurisé. Seuls certains salariés de la Société ou de toute autre société mandatée par elle ou appartenant au même Groupe ont accès à ces informations, qui ne leur sont accessibles qu’en cas de besoin. Les informations personnelles fournies par l’Utilisateur au moment de son inscription ne constituent pas une annonce accessible à des tiers, ni transmises, ni vendues ou échangées, sauf dans les cas visés ci-dessous et sous réserve de son information préalable et de son accord préalable, ou à défaut d’opposition de sa part.Cependant, par exception à ce qui précède, l’Utilisateur qui réalise une Contribution pour soutenir financièrement un Collecte accepte que la Société communique au Créateur de Collecte les données personnelles nécessaires dudit Utilisateur pour qu’il puisse le tenir informé des suites de sa Collecte et le remercier s’il le souhaite.La société est susceptible de faire parvenir à l’Utilisateur sous réserve de son libre accord préalable au moment de l’inscription et sauf s’il s’y oppose ultérieurement, des offres promotionnelles de la Société.6.3 Droit de rectification et d’oppositionEn application de la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004, l’Utilisateur bénéficie, en outre, d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données le concernant qu’il peut exercer en adressant un message à l’adresse électronique suivante : aidelpj@gmail.com.Afin que la Société puisse satisfaire cette demande, il appartient à l’Utilisateur de faire parvenir les éléments nécessaires à son identification (civilité, nom, prénom, adresse, code postal, ville, pays).6.4 CookiesL’Utilisateur reconnaît et accepte la possibilité d’implanter des cookies dans son ordinateur afin d’enregistrer toute information relative à la navigation de son ordinateur sur le Site.Les cookies sont des données qui ne contiennent aucune information personnelle et qui sont envoyées via le serveur sur le disque dur de l’ordinateur de l’Utilisateur.Le rôle des cookies est notamment d’identifier plus rapidement l’Utilisateur lors de sa connexion et de faciliter sa Contribution à certains événements, promotions, activités, etc. proposés sur le Site.L’Utilisateur est informé de sa possibilité de s’opposer à l’enregistrement de cookies en configurant son navigateur en conséquence. Cependant, l’utilisation du site peut dès lors en être perturbée.6.5 Décharge de responsabilitéL’Utilisateur reconnaît que, d’une manière générale et en l’état de la technique actuelle, chaque fois qu’il fournit des informations personnelles en ligne, ces informations peuvent être collectées et utilisées par des tiers.Par conséquent, l’Utilisateur décharge la Société de toute responsabilité ou conséquence dommageable de l’utilisation par des tiers des informations échangées par le biais des outils de communication proposés par le Site.6.6 – Notre engagement en matière de confidentialité des données (RGPD)Le Règlement Général de l’Union Européenne sur la Protection des Données (RGPD) entrera en vigueur le 25 mai 2018 et aura un impact sur la manière dont les entreprises collectent et conservent les données personnelles. lepetitjournal.com profite de cette opportunité et s’engage à protéger les données personnelles qui sont utilisées dans nos bases de données.Qu’est-ce que le RGPD ?Le RGPD est une nouvelle loi sur la vie privée qui harmonise et modernise les exigences de protection des données de tous les pays de l’UE et est conçu pour améliorer la façon dont les organisations traitent les données personnelles. Il s’agit d’une loi visant à protéger les droits des personnes physiques se trouvant sur le territoire de l’UE.Bien qu’il y ait de nombreuses nouvelles exigences et que certaines soient renforcées, les principes de base demeurent inchangés. De nouvelles règles ont considérablement élargi la définition des données à caractère personnel ainsi que le champ d’application pour impliquer toutes les entreprises, même celles qui sont basées en dehors de l’Union Européenne lorsqu’elles recueillent des informations personnelles sur les personnes physiques habitant en Europe. Notre position, nos obligations et nos responsabilités à votre égard sont répertoriées dans les notices de confidentialité et de protection des données, disponibles sur cette page. En conséquence, nous avons mis à jour les accords de traitement des données avec les fournisseurs et nous nous sommes assurés que nos sous-traitants sont en phase avec nos politiques de protection de la vie privée.Article 7. Responsabilités7.1 Fonctionnement du réseauPour utiliser les Services, l’Utilisateur doit posséder un équipement, des logiciels et des paramètres nécessaires au bon fonctionnement du Site. L’Utilisateur doit disposer des compétences, matériels et logiciels requis pour l’utilisation d’Internet. L’Utilisateur déclare qu’il connaît parfaitement les caractéristiques et les contraintes de l’Internet.L’Utilisateur reconnaît que les caractéristiques et les contraintes d’Internet ne permettent pas de garantir la sécurité, la disponibilité et l’intégrité des transmissions de données durant leur circulation sur Internet. L’Utilisateur les communique donc à ses risques et périls.La Société ne pourra être tenue responsable des incidents qui pourraient découler de cette transmission. En tout état de cause, l’Utilisateur reconnaît expressément et accepte d’utiliser le Site à ses propres risques et sous sa responsabilité exclusive.Compte tenu des spécificités du réseau Internet, la Société n’offre aucune garantie de continuité du service, n’étant tenue à cet égard que d’une obligation de moyens.La responsabilité de la Société ne peut pas être engagée en cas de dommages liés à l’impossibilité temporaire d’accéder à l’un des services proposés par le Site.Tout retard, suspension ou annulation dans la diffusion d’une Collecte du fait notamment de défaillances techniques inhérentes au fonctionnement du réseau Internet, extérieures à la Société et indépendante de sa volonté, ne peut motiver un refus de paiement quel qu’il soit de la part de l’Utilisateur, ni ouvrir droit à une indemnisation de quelque nature qu’elle soit et sous quelques formes que ce soit.La Société ne saurait être tenue pour responsable d’un non-fonctionnement, d’une impossibilité d’accès, ou de mauvaises conditions d’utilisation du Site imputables à un équipement non adapté, à des dysfonctionnements internes au fournisseur d’accès de l’Utilisateur, en cas de mauvaise utilisation du Site ou des services par l’Utilisateur ou à l’encombrement du réseau Internet notamment.La Société décline toute responsabilité pour tout dommage ou perte liés à l’utilisation ou l’impossibilité d’utiliser le Site ou son contenu, sauf exception prévue par la loi.7.2 Modification du SiteIl est entendu que le contenu du Site n’est pas figé.Aussi, toutes les informations contenues sur le Site sont susceptibles d’être modifiées à tout moment, compte tenu de l’interactivité du Site, sans que cela puisse engager la responsabilité de la Société.7.3 Disponibilité du SiteLa Société a une obligation de moyens pour la fourniture des Services. Elle se dégage ainsi de toute responsabilité pour toute indisponibilité, suspension ou interruption du Site ou des Services qui peuvent survenir dans le cadre d’opérations de maintenance, de mise à niveau du matériel ou logiciel, de réparations d’urgence du Site ou par suite de circonstances indépendantes de sa volonté (par exemple, mais sans pour autant que cette liste soit limitative, en cas d’avarie technique ou de défaillance des liaisons et équipements de télécommunication).La Société s’efforce de prendre les mesures adéquates pour limiter ces perturbations dans la mesure où elles lui sont imputables.Par ailleurs, la Société ne saurait pas être tenue pour responsable des dommages indirects ou imprévisibles au sens des articles 1150 et 1151 du code civil.Conformément à l’article 1992 du Code civil, la responsabilité de la Société ne pourra être recherchée qu’en cas de dol ou de fautes commises dans sa gestion.7.4 Utilisation du SiteLes informations fournies par un Utilisateur doivent être sincères, exactes et conformes à la réalité. Les conséquences de leur divulgation sur la vie et/ou celle des autres Utilisateurs sont de la responsabilité exclusive de l’Utilisateur concerné.Il est rappelé que l’Utilisateur prend l’initiative de divulguer et de diffuser sur le Site des informations et données le concernant. Aussi, l’Utilisateur en assume l’entière responsabilité et renonce à tout recours contre la Société, notamment sur le fondement de l’atteinte à son droit à l’image, à son honneur, à sa réputation, à l’intimité de sa vie privée, résultant de la diffusion ou de la divulgation d’informations le concernant.La Société ne garantit pas que les informations présentées soient détaillées, complètes, vérifiées ou exactes. Les documents, informations, fiches descriptives, et, en général, tout contenu présent sur le site sont fournis en « l’état », sans aucune garantie expresse ou tacite de quelque sorte que ce soit.La Société ne peut être tenue pour responsable de l’inexactitude des informations et contenus fournis par les autres Utilisateurs, les visiteurs du Site et/ou l’Utilisateur lui-même.De plus, la Société ne peut être tenue pour responsable des contenus diffusés par un Utilisateur susceptibles de contrevenir aux droits d’un ou de plusieurs autres Utilisateurs ou à des tiers.7.5 Liens hypertextesLe Site contient des liens vers des sites internet de tiers.Les sites liés ne sont pas sous le contrôle de la Société, et la Société n’est pas responsable des contenus de ces sites liés. La Société fournit ces liens pour convenance et un lien n’implique pas que la Société parraine ou recommande le site lié en question ni que la Société soit affiliée à celui-ci.Les sites liés sont détenus et exploités par des revendeurs ou des prestataires de services indépendants et, de ce fait, la Société ne peut garantir que l’Utilisateur sera satisfait de leurs produits, services ou pratiques commerciales.Il appartient à l’Utilisateur de faire toutes les vérifications qui lui semblent nécessaires ou opportunes avant de procéder à une quelconque transaction avec l’un de ces tiers.Article 8. Propriété intellectuelle8.1 Contenus diffusés par la Société8.1.1 Propriété du Site et de ses contenusLa marque ainsi que les logos dérivés sont la propriété intellectuelle de la Société.Plus généralement, tous les droits, patrimoniaux et moraux, de propriété intellectuelle, afférents au contenu et aux éléments d’information du site appartiennent en propre à la Société, sous réserve de tout droit patrimonial pouvant appartenir à un tiers et pour lesquels la Société a obtenu les cessions de droits ou des autorisations nécessaires.Les droits conférés à l’Utilisateur en vue de l’utilisation du Site et des services fournis par la Société n’emportent aucune cession ni aucune autorisation d’exploiter ou d’utiliser l’un quelconque des éléments du site.Tous les éléments de propriété intellectuelle, et notamment les marques, dessins, textes, liens hypertextes, logos, images, vidéo, éléments sonores, logiciels, mise en page, bases de données, codes…etc. contenus sur le Site et dans les sites associés sont protégés par le droit national et international de la propriété intellectuelle.Ils restent la propriété exclusive de la Société et/ou de ses partenaires.Par conséquent, sauf une autorisation préalable et écrite de la Société et/ou de ses partenaires, l’Utilisateur ne peut procéder à une quelconque reproduction, représentation, réédition, redistribution, adaptation, traduction et/ou transformation partielle ou intégrale, ou un transfert sur un autre site de tout élément composant le Site.Les Utilisateurs sont autorisés à reproduire sur des sites internet tiers le logo Lepetitjournal.com, mais uniquement afin d’assurer la promotion de la Campagne de Contributions et/ou du site Lepetitjournal.com.L’Utilisateur reconnaît et prend connaissance du fait que le non-respect de cette interdiction constitue un acte de contrefaçon répréhensible tant civilement que pénalement.8.1.2 Droits du producteur de base de donnéesLa Société est la productrice de la base de données constituée par le Site au sens des articles L.341-1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Toute extraction ou utilisation du contenu de la base non expressément autorisée peut engager la responsabilité civile et/ou pénale de son auteur.La Société se réserve la possibilité de saisir toutes voies de droit à l’encontre des personnes qui n’auraient pas respecté cette interdiction.8.2 Contenus diffusés par les UtilisateursL’Utilisateur concède à la Société une licence d’utilisation des droits de propriété intellectuelle attachés aux contenus fournis par l’Utilisateur concerné aux fins de diffusion sur le Site.Cette licence comprend notamment le droit pour la Société de reproduire, représenter, adapter, traduire, numériser, utiliser ou sous-licencier les contenus concernant l’Utilisateur (informations, images, vidéos, description, critères de recherche, etc.) sur tout support de communication électronique dans le cadre de la fourniture de ses Services.Cette licence autorise notamment la Société à présenter la Campagne de Contributions sur des sites partenaires, ou à autoriser des sites partenaires à récupérer les données de cette Campagne de Contributions afin de les présenter sur leurs propres supports de communication en ligne ou hors ligne.L’Utilisateur autorise expressément la Société à modifier lesdits contenus afin de respecter la charte graphique du Site ou des autres supports de communication visés ci-dessus et/ou de les rendre compatibles avec ses performances techniques ou les formats des supports concernés.Ces droits sont concédés pour le monde entier et pour la toute la durée d’exécution des présentes Conditions générales entre l’Utilisateur et la Société.L’Utilisateur s’interdit également de copier, reproduire, ou autrement utiliser les contenus relatifs aux autres Utilisateurs autrement que pour les stricts besoins d’utilisation des Services à des fins personnelles et privées.Article 9. Suspension et interruption des ServicesLa Société est libre de supprimer ou modifier, préalablement ou ultérieurement à sa diffusion, tout contenu sur le Site qui ne serait pas en relation avec le contenu normalement attendu, la ligne éditoriale du Site ou irrespectueux des lois et règlements en vigueur.À cette fin, la Société est en droit d’effectuer une surveillance électronique pour repérer les contenus litigieux et de prendre des sanctions à l’encontre de son auteur, notamment son exclusion.La Société se réserve la possibilité de suspendre ou de limiter l’accès aux services souscrits par l’Utilisateur après avoir informé l’intéressé par tout moyen en cas d’inexécution par l’Utilisateur de l’une de ses obligations prévues aux titres des présentes Conditions Générales d’Utilisation.Ainsi, en cas de manquement par un Utilisateur à l’une quelconque de ses obligations, la Société se réserve le droit de bloquer toute Collecte ou contenu de l’Utilisateur concerné, de supprimer les messages ou contenus litigieux quelle que soit leur nature, d’empêcher la publication de tout ou partie d’une Collecte, et/ou de bloquer son accès à tout ou partie des Services, de façon temporaire ou définitive, sans contrepartie ni remboursement et sans préjudice des recours susceptibles d’être exercés contre l’Utilisateur.En cas de suspension et quelle qu’en soit la cause, la Société se réserve le droit de ne pas rembourser, à titre de clause pénale, tout ou partie des montants crédités et qu’elle juge nécessaire pour réparer le préjudice quelle que soit sa nature, qu’elle aurait éventuellement subi.Article 10. Force majeureLa responsabilité de la Société ne pourra pas être recherchée si l’exécution de l’une de ses obligations est empêchée ou retardée en raison d’un cas de force majeure tel que défini par la jurisprudence des Tribunaux français et notamment, sans que cette liste ne soit limitative, les catastrophes naturelles, incendies, le blocage des moyens de transport pour quelque raison que ce soit ; les grèves totales ou partielles, internes ou externes à l’entreprise ; le lock-out de l’entreprise ; le blocage des télécommunications ou réseaux informatiques par tout moyen que ce soit (panne électrique, virus informatique, etc.) ; les restrictions gouvernementales ou légales.Article 11. RésiliationL’Utilisateur ou le Créateur de Collecte pourra demander à tout moment la résiliation de son compte, par e-mail à l’adresse aidelpj@gmail.com ou par courrier adressé à LEPTITJOURNAL.COM, 54 Rue de Paradis, 75 010, Paris, France.Les présentes Conditions Générales et d’Utilisation pourront être résiliées par la Société moyennant le respect d’un préavis d’un (1) mois.Par ailleurs, en cas d’inexécution ou de non-respect par l’Utilisateur de l’une des obligations et stipulations prévues par les présentes, la Société pourra modifier, suspendre, limiter ou supprimer l’accès au Site dans un délai de quinze (15) jours à compter d’une mise en demeure adressée à l’Utilisateur demeurée infructueuse, sans que celui-ci ne puisse réclamer aucune indemnité quelconque, sans préjudice des dommages et intérêts que serait en droit de réclamer la Société pour réparer le préjudice subi.En cas de manquement grave à l’une des dispositions des Conditions Générales d’Utilisation, la Société sera bien fondée à résilier le compte de l’Utilisateur sans préavis ni mise en demeure, sans aucune indemnisation et sans préjudice des dommages et intérêts que serait en droit de réclamer la Société pour réparer le préjudice subi.En cas de résiliation, les Collectes en cours de Période de Collecte pourront alors être arrêtés et les Contributions y afférentes donner lieu à remboursement des Contributeurs concernés.Article 12. Dispositions Finales12.1 Correspondance – PreuveLes correspondances échangées entre la Société et les Utilisateurs sont essentiellement assurées par courrier électronique. Aussi, en application des articles 1316 et suivants du Code civil, l’Utilisateur reconnaît et accepte que les informations délivrées par la Société par courrier électronique et sur le Site fassent foi entre les parties et reçoivent la même force probante qu’un écrit manuscrit.12.2 NotificationsSauf stipulation expresse contraire, les notifications entre les parties aux présentes sont faites par e-mail.Les notifications sont réputées être parvenues 24 heures après l’envoi de l’e-mail, sauf si l’expéditeur se voit notifier l’invalidité de l’adresse e-mail.12.3 Loi applicableDe convention expresse entre les parties, les présentes Conditions Générales d’Utilisation et les opérations qui en découlent sont régies par le droit français.Elles sont rédigées en langue française. Dans le cas où elles seraient traduites en une ou plusieurs langues, seul le texte français ferait foi en cas de litige.12.4. LitigesEn cas de difficulté ou de différend entre les parties à l’occasion de l’interprétation, de l’exécution ou de la cessation des présentes Conditions Générales d’Utilisation, les parties doivent s’employer à la résoudre au mieux et conviennent de rechercher une solution amiable dans l’esprit des présentes Conditions Générales d’Utilisation.Gestion des litigesEn cas de litige, vous pouvez adresser une réclamation écrite à notre Service Client, par e-mail : aidelpj@gmail.com ou par courrier adressé à l’adresse suivante :Lepetitjournal.com, 930 Route des Dolines, 06560, Valbonne, FranceÉTANT PRÉCISÉ QUE TOUT LITIGE AVEC UN UTILISATEUR AGISSANT EN QUALITÉ DE COMMERÇANT ET NÉ À L’OCCASION DE L’INTERPRÉTATION, DE L’ÉXECUTION OU DE LA RUPTURE DES PRÉSENTES CONDITIONS GÉNÉRALES EST DE LA COMPÉTENCE DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS.12.5 DivisibilitéDans le cas où l’une ou plusieurs stipulations contenues dans les Conditions Générales d’Utilisation seraient déclarées nulles, la validité des autres stipulations des présentes n’en est en aucun cas affectée.Les stipulations déclarées nulles seront, conformément à l’esprit et à l’objet des présentes, remplacées par d’autres stipulations valables, qui, eu égard à leur portée se rapprochent dans toute la mesure permise par la loi, des stipulations déclarées nulles.12.6 RenonciationLe fait que la Société ne se prévale pas, à un moment ou à un autre, d’une des dispositions des présentes Conditions Générales d’Utilisation ne pourra être interprété comme valant la renonciation par la Société à s’en prévaloir ultérieurement.12.7 Cession/SubstitutionLa Société se réserve le droit de céder à tout tiers de son choix tout ou partie de ses droits et obligations au titre des présentes Conditions Générales ou de se substituer tout tiers pour l’exécution des présentes, ce que l’Utilisateur accepte sans réserve.13. Mentions Légales13.1 Identification de l’éditeurL’Utilisateur est informé que le Site est édité par la Société LEPETITJOURNAL.COM, Société à Responsabilité limitée au capital de 6 460,00 Euros, immatriculée au RCS de PARIS sous le numéro B 453 390 14, dont le siège social est fixé au 54 Rue de Paradis, 75 010, Paris, France. Numéro individuel d’identification fiscale (numéro de TVA intracommunautaire) : FR81453390148. Nos services sont joignables durant les heures de bureau au 06 12 61 34 20.13.2 Directeur de la publicationLe Directeur de la publication du Site est monsieur Hervé HEYRAUD, dont l’adresse e-mail est herve.heyraud@lepetitjournal.com.13.3 Hébergeur du SiteLe Site est hébergé par la Société Celeonet dont les coordonnées sont les suivantes :Société Celeonet – Société par actions simplifiée au capital de 85 000,00 Euros – RCS Creteil sous le numéro B 450 734 744 – Dont le siège social est fixé au 60 Rue Berthie Albrecht – 94 400 Vitry-sur-Seine.13.4 Contact pour toute réclamation concernant le Site et/ou son contenuL’e mail de contact pour toute réclamation concernant le Site et/ou son Contenu est aidelpj@gmail.com