Monthly Archives: November 2021

HP Omen 15-ek0107nf, PC portable gamer 15 pouces 144Hz et RTX 2060 (899€)

HP Omen 15-ek0107nf, PC portable gamer 15 pouces 144Hz et RTX 2060 (899€)HP Omen 15-ek0107nf, PC portable gamer 15 pouces 144Hz et RTX 2060 (899€)

15″ 144Hz IPS FHD, Core i5 Quad Core, RTX 2060, SSD 512 Go, 16 Go, TB3

Article initialement publié le 30 juin 2021 :

Notre avis sur le HP Omen 15-ek0107nf

Pensé pour le jeu avec sa carte graphique d’envergure, le HP Omen 15-ek0107nf a de quoi séduire un public de joueurs. Derrière un châssis compacté à la silhouette passe-partout, il renferme une carte graphique puissante RTX 2060 Max-Q idéale pour le jeu avancé avec l’appui d’un écran borderless 144Hz. Une base performante l’accompagne avec un Intel Core i5 Quad Core de 10ème génération, un SSD de 512 Go et pas moins de 16 Go de RAM, de quoi contenter les créatifs également, même si ces derniers auront plus intérêt à opter pour un modèle avec un processeur plus puissant. Clavier rétro-éclairé, connectique complète avec TB3, design soigné, Wifi 6, technologie de refroidissement OMEN Tempest, tout est là pour vous accompagner au cœur de l’action. Soyez toutefois conscient du bruit plutôt présent en jeu.

Stock épuisé…

Découvrez les meilleures promos PC portable !

Le HP Omen 15-ek0107nf face à la concurrence

Le HP Omen 15-ek0107nf ne côtoie pas beaucoup de modèles concurrents dans notre comparateur de prix où il s’impose comme le plus abordable du lot.

Si ce HP Omen 15-ek0107nf ne répond pas à tous vos critères, vous trouverez sur notre guide PC portable gamer d’autres configurations pour jouer avec un budget similaire. A budget égal, privilégiez le modèle qui a la carte graphique la plus puissante, c’est elle qui aura le plus d’impact sur les performances.

Caractéristiques du HP Omen 15-ek0107nf

Écran(s)

15.6″ Full HD LED IPS 144 Hz 300nits micro-bords (1920×1080, antireflet)

Processeur

Intel Core i5-10300H Comet Lake (2.5 GHz, 4 cœurs)

Mémoire vive installée

16 Go (2 x 8 Go) DDR4 2933 MHz, 2 slots (occupés)

Carte graphique

NVIDIA Turing GeForce RTX 2060 Max-Q 6 Go GDDR6 dédiés, Intel UHD 630 et Optimus

Stockage

SSD M.2 NVMe PCIe de 512 GoHP Omen 15-ek0107nf, PC portable gamer 15 pouces 144Hz et RTX 2060 (899€)

Connectique

4 USB 3.2 + 1 USB 3.2 Type-C (Gen2) Thunderbolt 3, HDMI, mini-DisplayPort, SD/SDXC

Réseau

Wi-Fi ax (2×2), Bluetooth 5.0, Ethernet Gigabit

Clavier rétro-éclairé

Oui, rouge

Pavé numérique

Windows Hello

Système audio

2 haut-parleurs Bang&Olufsen Audio Boost 2.0

Système d’exploitation

Windows 10 Famille 64 bits

Autonomie annoncée / Batterie

6 heures / Li-ion 6 cellules 70.9Whr

Poids / Dimensions (mm)

2.46 Kg / 359 x 239 x 22.5

Châssis, connectique, écran du HP Omen 15-ek0107nf

Pour ce Omen 15 2020, HP confirme nettement son virage pour un design consensuel initié avec le Omen 15-dh de l’année dernière. Le HP Omen 15-ek0107nf cherche a brouiller les pistes entre PC gamer et PC grand public avec son boitier noir mat lisse à la silhouette géométrique mais sobre et dont les éléments clinquants ont presque tous disparus. Seul le nouveau logo Omen, un losange dans un dégradé bleu/vert qui remplace le logo Voodoo rouge, prend place sur le couvercle. A l’intérieur, le côté neutre prédomine également avec un code brillant sur la droite, petit détail qui marque tout de même l’appartenance du Omen au monde des joueurs.HP Omen 15-ek0107nf, PC portable gamer 15 pouces 144Hz et RTX 2060 (899€)

Toujours dans une volonté de sobriété, les deux charnières sont désormais espacées sous le couvercle et la silhouette globale est homogénéisée par rapport à son prédécesseur. Par ailleurs Le châssis est composé entièrement en métal pour plus de robustesse lors de la manipulation et les déplacements et une meilleure longévité des surfaces.

Les mensurations sont revues également, mais pas forcément dans le sens qu’on croit. En effet, la tendance qui cherchait la finesse et la compacité à tout prix semble changer de cap dans le monde gamer. On observe ainsi chez plusieurs fabricants un petit retour en arrière sur ce point avec des PC 2020 sensiblement plus épais que leur successeur afin de servir les performances avant de penser au côté nomade. HP a fait le même calcul puisque la belle finesse (20 mm) du 15-dh a laissé place à une épaisseur de 22,5 mm, toujours bien optimisée cela dit. Côté format, HP réussit à compacter son PC gamer sur la profondeur grâce au nouveau design de charnière notamment, passant 359 x 239 mm (contre 360 x 260 sur le 15-dh). Le poids y gagne également sur cette génération avec 2,46kg sur la balance.

A l’ouverture du PC, on découvre un écran de 15,6 pouces convaincant étant donné à choisi de gâter les joueurs avec un taux de rafraichissement de 144 Hz, offrant une expérience de jeu de qualité, notamment dans les actions rapides. Sa définition Full HD (1920 x 1080 pixels) à la densité d’affichage élevée permet en effet de visionner votre contenu en Haute Définition dans les meilleures conditions (vidéos YouTube en 1080p) mais aussi de moduler le positionnement des fenêtres sans perdre en netteté. La technologie IPS est la bienvenue avec ses angles de vision et ses couleurs fidèle tandis que le traitement mat va faire barrière aux désagréments liés à l’usage en environnement lumineux.

La connectique est présente en nombre et n’oublie pas les petites nouveautés, notamment le port Thunderbolt 3 (USB-C Gen2). Vous profitez en outre du Wifi 6 802.11 AX et du Bluetooth 5.0 ainsi que de l’Ethernet Gigabit avec la technologie “Network Booster Dual Force” pour donner la priorité aux jeux. Pour le reste, on dénombre un lecteur de carte SD, un mini-DisplayPort, une sortie HDMI ainsi que quatre ports USB 3.2.

Performances, autonomie du HP Omen 15-ek0107nf

PC gamer oblige, la partie graphique occupe la première ligne. Elle est confiée à la GeForce RTX 2060 Max-Q Turing (2019), une solution haut de gamme capable de répondre aux exigences des joueurs exigeants qui pourront lancer les titres les plus récents et gourmands en High avec une belle fluidité et qui profiteront également d’une belle qualité de jeu en réalité virtuelle pour les amateurs. Notez que le design Max-Q, pensé pour intégré les PC fins, impose une baisse de 10% en moyenne des performances par rapport à une RTX 2060 standard, de quoi perdre quelques FPS sur les jeux gourmands rien de plus.

En face, le PC repose sur un processeur Comet Lake-H de 10ème génération. Il s’agit ici d’un Core i5-10300H Quad Core offrant environ 10% de performances supplémentaires par rapport au Core i5-9300H Coffee Lake de l’année dernière. Globalement, cela se traduit par une gestion complète de l’usage polyvalent composé de montage vidéo, de rendu 3D, de programmation ou parallélisation légère, mais dans des proportions plus occasionnelles que professionnelles. Les créatifs ne sont pas les plus concernés par cette configuration dominée par la carte graphique. En soutien, les 16 Go de mémoire vive assurent un bon niveau de fluidité en multitâche. C’est bienvenu pour voir venir les prochaines années sereinement.

Le stockage constitue une force supplémentaire dans cette configuration puisqu’il est confié à un SSD NVMe PCIe de 512 Go. S’il devient de plus en plus courant dans les PC commercialisés aujourd’hui, il n’en reste pas moins précieux, notamment dans cette capacité plutôt généreuse. Face à un disque dur mécanique, il est significativement plus réactif et cela s’en ressent à tous les niveaux. Globalement plus silencieux, robuste et économe en énergie, il permet à Windows d’atteindre un niveau de fluidité remarquable avec des délais de chargement brefs et une exécution sans latences. Qui plus est, sa capacité n’a rien de ridicule et peut héberger une bonne partie de votre ludothèque même si certains ne trouveront pas cela suffisant. Sachez qu’un emplacement 2,5 pouces est libre à l’intérieur pour y installer un second SSD ou un disque dur.

La batterie profite d’une capacité moyenne (52.5 Whr), ne permettant pas à l’autonomie de dépasser les 6 heures en navigation Internet avec Wifi actif.

Stock épuisé…

Découvrez les meilleures promos PC portable !

Publié par Eve |

30 Juin 2021

| 0

144Hz, 15″, 16 Go, Comet Lake, Comet Lake-H, Core i5-10300H, Full HD, Full HD IPS, GeForce RTX 2060, HP Omen 15, HP Omen 15-ek, IPS, IPS Full HD 144Hz, M.2 NVMe PCIe, Quad Core, rue du commerce, SSD 500 Go, Thunderbolt 3, Turing, USB-C

Partager:

Besoin d’aide pour choisir votre PC portable ?

LaptopSpirit vous propose un court questionnaire qui va nous permettre de bien comprendre vos besoins. Nous pourrons ainsi vous conseiller les ordinateurs portables les plus adaptés à votre utilisation et à votre budget !

Demandez-nous conseil !

Petit guide pour parler techno, avec les jeunes, aussi bien que Guetta

TECHNOLa techno est le terme qui englobe toutes les musiques électroniques. Il décrit plus particulièrement la musique électronique originaire de Detroit, aux États-Unis. Même si le groupe pionnier du genre est allemand, Kraftwerk, c’est à Detroit que s’est démocratisée la techno au milieu des années 80. La house music, plus mélodique et vocale, trouve ses origines, elle, à Chicago. La techno est plus industrielle, moins mélodique, plus centrée sur le rythme.

RAVENom donné aux fêtes aux cours desquelles sont jouées les musiques électro. Les premières raves étaient illégales et se déroulaient dans la nature ou dans des entrepôts désaffectés. Contrairement aux idées reçues, le terme est bien antérieur à la musique électronique. On en trouve des traces à Londres, à la fin des années 50, pour décrire des « rassemblements bohémiens sauvages ». La première utilisation du mot dans un cadre de musique électronique est due à sir Paul McCartney, lors de la présentation de son carnival of light dans le cadre du Million Volt Light and Sound Rave, en janvier 1967. Il y a cinquante ans.

DJEn 2017, tout le monde est DJ. Avec l’informatique, il devient facile, techniquement, de jouer de la musique, d’enchaîner les morceaux. La différence se fait sur le choix de la playlist. Le DJaying comme nous la connaissons est une activité qui est apparue à la fin des années 70 aux États-Unis, avec la naissance des discothèques. À l’époque, les DJ passaient les morceaux les uns après les autres, mais respectaient une certaine histoire à raconter pour garder les danseurs dans le rythme. C’est avec l’apparition du hip hop que les DJ se sont mis à mixer les disques, faisant en sorte qu’aucun blanc n’apparaisse entre les morceaux. Par blanc, il est entendu silence. Aujourd’hui, les logiciels prennent en charge cette partie, enlevant beaucoup de ce qui fait la force d’un DJ. Comme pour les DJ hip hop, la plupart des pionniers de la techno étaient des Afro-Américains.

CDJCréé en 1994 par Pioneer, le CDJ (assemblage de CD et DJ) est une platine de lecture de CD. Il va révolutionner le métier en permettant aux DJ de changer la vitesse de lecture des disques, de les scratcher, donc de leur faire subir le même sort réservé jadis aux vinyles. Comme pour les téléphones de la marque à la pomme, les sorties des nouveaux CDJ, tous les 2 ans à peu près, sont très attendues par les utilisateurs. On peut maintenant les connecter entre elles, y jouer à partir de clés USB, d’ordinateurs et de CDs. Jeff Mills, lors de son passage à Beyrouth, jouait parfois avec les 4 platines en même temps, arrivant à leur imposer le même rythme tout en y ajoutant des effets.

BPMLe beat per minute, ou battement par minute, est l’unité de mesure de la musique électronique. Le BPM en définit le genre et évidemment la rapidité. Pour le calculer et impressionner les jeunes, il suffit de compter le nombre de battements sur 30 secondes puis de multiplier par 2 pour avoir la minute. Pour info, le tango est à 50-56 BPM, alors que la techno hardcore peut aller au-delà de 220 BPM, ce qui n’est pas humain, nous le concédons.

BEATMATCHLe beatmatch est ce qui permet de faire la différence entre le bon et le mauvais DJ. Quand un DJ ne sait pas beatmatcher, l’impression d’entendre des chevaux au galop peut dérouter les danseurs. Il est donc important de maîtriser les techniques qui permettent de faire fondre ensemble deux morceaux, d’abord les uns à la suite des autres puis, en cas de maîtrise totale, de jouer des morceaux ensemble. Greg Boust, le légendaire DJ du Baron à Paris, est connu pour avoir inventé un style très parisien de collage de morceaux aux beats très différents, passant de la pop au tango, de la valse à la techno, sans que le danseur n’en soit gêné, uniquement en jouant sur les vitesses et les effets. Aujourd’hui, le beatmatch est pris en charge par les ordinateurs, rendant la technique accessible à tout le monde.

BACK TO BACKLe back to back est un terme utilisé pour décrire un DJ set réalisé par 2 artistes différents. Il est de plus en plus fréquent car il permet de programmer plusieurs artistes renommés, et les DJ peuvent accepter de jouer plus longtemps. Il est aussi un moyen pour les artistes de se challenger et de travailler leur créativité, découvrant en même temps que les danseurs ce que l’autre DJ va jouer. Il est préférable que les DJ se connaissent et s’apprécient pour que le set ait de la consistance. Il faut éviter que le style général soit brouillé et que ça « parte dans tous les sens ».

REMIXLe remix est un élément de base de la musique électronique. Il correspond à la relecture personnelle d’un morceau existant, pour le changer et lui donner une autre personnalité. Il diffère de la simple reprise ou adaptation, que les chanteurs français pratiquaient de manière industrielle dans les années 60-70. Il est aussi différent des version dub, sans paroles, ou maxi 45T qui ne sont que des versions longues. Le remix permet de rendre dansants des morceaux qui ne le sont pas, il permet de rendre « branchée » une chanson qui ne l’est pas, il permet enfin à celui qui le réalise d’avoir l’opportunité de gagner beaucoup d’argent si son remix d’une chanson pop rencontre le succès, comme I Follow Rivers de Lykke Li, remixée par The Magician et devenue un hymne mondial en 2011-2012.

DEEP HOUSETerme aujourd’hui fourre-tout qui permet à tout venant de faire des special requests à un DJ, tout en se faisant passer pour un « connoisseur ». Discog, site spécialisé dans la musique électronique, livre la définition suivante : «La Deep House est un style de house musique qui fusionne les éléments de House de Chicago, de jazz-funk et de techno de Detroit. Ses caractéristiques sonores incluent des BPM plus lents, moins de paroles, des émotions plus sombres, des influences jazz et des mélodies dissonantes. Par nature, la Deep House est une musique underground, se démarquant du Garage House qui, lui, est plus disco. » Une définition à apprendre par cœur et à ressortir à un dîner, pour en ressortir adulé.

EDMLes États-Unis ont tendance à tout vouloir simplifier. Pour que le redneck de base puisse participer à l’orgie mondiale que son pays essaye d’imposer ? Quoi qu’il en soit, la techno est devenue l’EDM, l’Electronic Dance Music. Et c’est le genre de musique électronique le plus bas de gamme, bas du front, bas les pattes qui existe. C’est évidemment dans ce genre qu’évoluent les DJ stars, les millions de dollars, les stades pleins et le niveau 0 de la créativité. David Guetta, Steve Aoki, Avicci en sont les représentants principaux.

DAVID GUETTAAvec un demi-frère journaliste spécialisé en géopolitique, un papa sociologue et une maman psychothérapeute, David Guetta est un exemple marquant de l’évolution du statut du DJ. Il débute à 15 ans à Paris au Broad (où Florent Pagny était barman) en compagnie de Kien, qui avait lancé les soirées PC à Beyrouth au début des années 2010. Les deux y organisent les premières soirées acid house, et au début des années 90, devant le succès grandissant, prennent en charge les Folies Pigalle, l’ouverture du Queen et des soirées au Bataclan. Guetta remplace Kien par Cathy et ne cesse de grimper, prenant en charge des endroits de plus en plus grands, et devient un pionnier à Ibiza avec les soirées F…Me I’m Famous. Frustré artistiquement, il revend tous ses endroits pour se lancer dans la production musicale, aidé au début par un des deux Daft Punk. Il est aujourd’hui une superstar internationale, moquée dans son pays, mais respectée partout ailleurs parce que, comme le décrit son demi-frère, il est « bosseur, exigeant, cadré et très réfléchi ». Pour être DJ, comme pour le reste, il faut travailler et avoir du talent. Mais surtout travailler…

Lire aussi

Chafic El Khazen veut bousculer la nuit

Vols d’ordinateurs dans des écoles de Tracadie: trois hommes arrêtés

La GRC a récupéré plus de cent appareils électroniques qui avaient été volés lors d’entrées par effraction survenues dans deux écoles à Tracadie après avoir arrêté trois hommes, et sollicite maintenant l’aide de la population afin de retrouver le reste du matériel électronique.

Le sergent Pierre Chiasson, de la GRC de Tracadie, explique que la police s’affaire encore à faire l’inventaire des objets récupérés et à vérifier si certaines choses manquent à l’appel, ce qui peut prendre du temps.

«Ça va venir avec l’enquête. Elle est toujours en cours. On a récupéré beaucoup de choses, mais il va falloir déterminer ce qui n’a pas été récupéré pour pouvoir faire la formule de restitution», dit-il.

Il affirme qu’environ 80 ordinateurs portables ont été dérobés puis retrouvés. Au coût d’environ 600$ chacun, ces items à eux seuls valaient environ 48 000$, d’après lui.

En plus de la centaine d’appareils électroniques dispendieux récupérés par la police, plus d’une centaine d’autres objets appartenant aux écoles ont été retrouvés, dont des claviers, des souris, une quarantaine de clés de mémoire et quelques instruments de musique.

Les articles volés étaient de marques Apple, Dell, HP, Lenovo et Toshiba.

Selon les enquêteurs, certains des articles volés auraient été vendus à différents endroits dans la Péninsule acadienne.

Les voleurs auraient eu de la difficulté à vendre ces appareils puisqu’ils étaient protégés par un mot de passe et qu’ils étaient étiquetés comme appartenant aux écoles, selon le policier.

Le sergent Pierre Chiasson estime toutefois qu’un peu plus de 15 ordinateurs pourraient encore être manquants.

«On a récupéré une grosse majorité (des objets volés), mais c’est difficile de confirmer le nombre à 100%.»

Il affirme que toute personne ayant acheté un ordinateur portable ou une tablette à un particulier depuis le 2 juillet est priée de communiquer avec le détachement de la GRC de Tracadie au 506 393-3000 pour vérifier s’il s’agit d’un article volé.

«Si quelqu’un a acheté un ordinateur, ils peuvent venir nous voir et on pourra vérifier le numéro de série.»

Trois arrestations

Le 5 juillet, les policiers ont été informés qu’un vol avec effraction avait eu lieu à l’école secondaire W.-Arthur-Losier.

L’incident serait survenu entre le 2 et le 5 juillet.

Le 20 juillet, dans le cadre de l’enquête, les policiers ont exécuté un mandat de perquisition dans une résidence de la rue de l’Église. Les policiers y ont récupéré une partie du matériel électronique qui avait été volé. Deux hommes de Tracadie, âgés de 55 ans et 51 ans, ont été arrêtés. Ils ont plus tard été libérés, mais devront comparaître en cour à une date ultérieure.

Le 2 août, les policiers ont été informés qu’un vol avec effraction avait eu lieu à l’école La Ruche, où du matériel électronique avait été volé.

L’incident serait survenu entre le 30 juillet et le 2 août.

Le 4 août, dans le cadre de l’enquête, les policiers ont exécuté un mandat de perquisition dans une résidence de la rue Bellevue, et y ont récupéré des appareils électroniques qui avaient été volés.

Un homme âgé de 32 ans, de la région, a été arrêté. Il a plus tard été libéré, mais devra comparaître en cour à une date ultérieure.

Partager:

Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

PhonAndroid Windows 11 : comment télécharger et installer la version bêta

La première bêta de Windows 11 est arrivée. Après une présentation officielle il y a quelques jours, Microsoft livre la nouvelle version de son OS sur un plateau. Il s’agit pour le moment d’une préversion, mais qui s’avère pleinement fonctionnelle. Voici comment la télécharger.PhonAndroid Windows 11 : comment télécharger et installer la version bêta

Les rumeurs disaient vrai : la première build de Windows 11 vient tout juste d’arriver en ce lundi 28 juin. Disponible en téléchargement libre, il suffit d’être un membre du programme Windows Insider pour y accéder. C’est assez simple et ouvert à tous. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la build 22000.51 se présente sous la forme d’une mise à jour depuis Windows 10. Les fichiers ISO ne sont pas encore disponibles, mais il est fortement probable qu’ils le soient dans les prochains jours.

La build en question permet de se familiariser avec certaines des principales nouveautés de Windows 11. On y retrouve le nouveau placement des boutons de la Barre des tâches, les bords arrondis des fenêtres ou encore les Widgets, qui permettent de consulter les actualités et la météo en un clin d’œil depuis une fenêtre qui s’affiche à gauche de l’écran. On y profite également d’autres nouveautés, qui n’étaient pas présentent dans la build qui a fuité plus tôt dans le mois.

L’Explorateur de fichiers fait partiellement peau neuve, puisque le ruban s’allège et n’utilise plus le système d’onglets comme c’était le cas depuis Windows 8. Un nouveau menu contextuel fait également son apparition, avec des bords arrondis et affichant en priorité les tâches les plus courantes. En outre, le centre de notification et d’action est désormais divisé en deux sections.

Enfin, dernières nouveautés et pas des moindres : Windows 11 dispose désormais d’une nouvelle application Paramètres qui a subi un énorme lifting, tout comme le Microsoft Store.

Comment télécharger la bêta de Windows 11 ?

Pour accéder au système d’exploitation, rien de plus simple :

Sinon, depuis Windows 10, vous pouvez aussi presser sur les touches [Windows] + [I] pour accéder à l’application Paramètres.PhonAndroid Windows 11 : comment télécharger et installer la version bêta

Rendez-vous sur Mises à jour et sécurité, puis cliquez sur Programme Windows Insider

Pressez le bouton Commencer, puis choisissez un compte Microsoft. Cliquez sur +. Vous voilà désormais membre du programme Windows Insider

Après avoir redémarré votre PC, retournez sur l’application Paramètres, puis cliquez sur Mises à jour et sécurité. Restez cette fois sur l’onglet Windows Update.

Cliquez sur Rechercher des mises à jour.

Le téléchargement et l’installation de Windows 11 peuvent alors commencer. En revanche, ne perdez pas de vue qu’il s’agit d’une préversion. Elle n’est pas forcément très stable (même si nous n’avons pas constaté pour notre part de réel problème à l’heure actuelle) et certaines fonctions manquent encore à l’appel. Comme à l’accoutumée, nous vous conseillons fortement de l’installer sur un PC secondaire, ou sur un 2e disque dur ou une 2e partition de votre PC principal.

Windows 11 : comment savoir si mon PC est compatible ?

Si un fichier ISO de Windows 11 circule depuis quelque temps sur internet, la première version Preview réserve néanmoins de nombreuses surprises. Elle s’éloigne à de multiples égards de la version de Windows actuelle. C’est officiel : ceux qui ont une machine récente sous Windows 10 auront droit à une mise à jour gratuite. Et pour les ordinateurs sous Windows 8.1 et Windows 7, même si Microsoft n’a pas encore confirmé l’information, il sera aussi possible de réaliser sans surcoût un upgrade.PhonAndroid Windows 11 : comment télécharger et installer la version bêta

Il y a néanmoins une grosse condition : que votre PC dispose des bons composants, comme une puce de sécurité TPM (néanmoins courante sur les cartes-mères depuis 2016). Les machines équipées d’un processeur 32 bit sont également exclues de la mise à jour. Face à la confusion qui a régné les premiers temps, Microsoft a finalement revu sa communication en prenant soin de détailler davantage la configuration minimale pour installer Windows 11.

Il existe pour l’instant une astuce pour contourner l’obligation d’avoir un PC équipé d’une puce TPM, mais il n’est pas garanti que cela fonctionne éternellement.

Windows 11

La rédaction vous conseille aussi…

Windows 11 : nouveautés, date de sortie, tout savoir sur le nouvel OS de Microsoft

Windows 10 : nouvelles icônes système, barre des tâches revue et corrigée, le lifting continue

Black-out sur le Liban : chroniques d’un quotidien à tâtons

Flanquée d’une lampe de lecture fixée sur son front à l’aide d’un bandana, Nina déambule dans l’appartement. « Pas besoin d’être géologue pour s’orienter dans cette grotte », lance-t-elle à son mari en riant jaune. Maurice, lui, tente tant bien que mal de faire cuire le repas, spatule dans une main, téléphone portable en mode torche dans l’autre. Le générateur de son immeuble, à Beyrouth, censé prendre le relais quand l’électricité de l’État est coupée, vient d’être arrêté. Dehors, seuls les phares d’automobilistes audacieux, et disposant encore d’essence, semblent défier, le temps de leur passage, les étoiles d’un ciel d’été, avant de s’enfoncer au loin dans les ténèbres. Une fois couchés, les deux sexagénaires prennent leur mal en patience en attendant que le sommeil vienne. Une tâche ardue dans une nuit d’août suffocante. Malgré les fenêtres et les portes béantes, les courants d’air se font rares et les moustiques s’en donnent à cœur joie. Tout à coup, minuit sonne et une symphonie de cliquetis électroniques brise le silence du quartier, suivie de cris de joie et d’une guirlande de lumières s’allumant les unes après les autres. Sautant hors du lit, Maurice et Nina courent chacun de son côté. La routine est bien rodée : Nina sort sur le perron vérifier que l’ascenseur fonctionne, crie à Maurice qu’il s’agit bien de l’électricité d’État avant de lancer une machine à laver qu’elle avait préparée. Lui allume le chauffe-eau, met les téléphones à charger et les airs conditionnés ainsi que les ventilateurs en route.Black-out sur le Liban : chroniques d’un quotidien à tâtons

L’édito de Issa GORAIEB

L’essence du problème

Après avoir vérifié l’état du peu d’aliments qu’elle conserve encore dans son réfrigérateur, Nina pousse un soupir de soulagement. Du haut de son balcon, elle regarde ses voisins, esseulés il y a encore quelques minutes, s’affairer en pleine nuit aux tâches domestiques, portés par une énergie de survie. Chaque minute compte, la prochaine coupure peut arriver à tout moment. Alors, Nina prend son téléphone et appelle sa sœur au Canada, profitant d’une connexion internet retrouvée. Avant même de la saluer, Nina s’écrie gaiement : « Ijet el-kahraba ! » ou que la lumière fut, ravivant avec elle une lueur d’espoir à laquelle les Libanais s’accrochent, même s’ils la savent éphémère.

Lire aussi

La situation se décante, mais pas pour longtemps

Dans un Liban pataugeant dans un marécage économique et financier depuis deux ans, et malgré l’habitude des coupures d’électricité, gardées tel un souvenir de la guerre civile (1975-1990), le black-out annoncé à plusieurs reprises par Électricité du Liban au fil des derniers mois s’est récemment concrétisé, en partie du moins, plombant le quotidien de citoyens déjà écrasés par l’accumulation de crises mais faisant également planer un danger de mort sur certains. Ce qu’une grande partie du monde considère comme acquis est en voie de disparition au Liban. Sans électricité, la nourriture ne peut être stockée, les malades ne peuvent être soignés et les températures ne peuvent être régulées. Entre autres. En somme, sur fond d’un surréalisme absurde indigne du XXIe siècle, les drames ne peuvent être évités.

Rire pour ne pas pleurer

« Ma fille sera en danger. » Une phrase que Khadija finit par souffler, après s’être retenue, dans un premier temps, de la prononcer à haute voix. Chaque soir, Nour, sa fille de huit ans, doit passer dix heures sous dialyse. Une séance qui ne peut en aucun cas être interrompue. Pour s’en assurer, la famille s’est procuré « un ancien minigénérateur » pour faire fonctionner la machine malgré ses batteries, censées prendre le relais lors des coupures mais qui sont endommagées. La paupérisation de la population est telle que les remplacer n’est pas envisageable. « Je n’ose même pas regarder les prix », confesse Khadija en riant. Un rire duquel se dégagent détresse et angoisse.

Lire aussi

Les longues nuits libanaisesBlack-out sur le Liban : chroniques d’un quotidien à tâtons

Mohammad, son mari, est au chômage technique. Le black-out actuel a eu raison de son emploi de menuisier, et c’est dans une course contre la montre qu’il se lance désormais chaque matin. Sillonnant les routes de la région de Baalbeck (Békaa) où Khadija et lui vivent avec leurs trois enfants, ce père de famille part à la recherche de stations-service ouvertes. La pénurie de mazout alimentant les groupes électrogènes se combine avec celle de l’essence. Pour trouver l’un, il faut trouver l’autre. Chaque jour, « on se lève et on se couche avec la même pensée : comment allons-nous obtenir du mazout demain ? » raconte Khadija, refusant d’imaginer le scénario catastrophe.

D’une tragédie à l’autre, c’est ainsi que se déroule la vie des habitants du quartier de la Quarantaine. « Je pue », déclare simplement Dounia. « Je me lève en sueur d’un lit humide et je n’ai pas les moyens de m’acheter des produits hygiéniques », explique celle que l’on appelle Em Khaled. L’insurmontable chaleur qui les étouffe leur rappelle constamment celle ressentie lorsque le port de Beyrouth a explosé l’été dernier, faisant voler son appartement en éclats et s’écrouler les murs sur elle, sa fille et un invité. « On nous a proposé un soutien psychologique, mais ce dont j’ai besoin, c’est d’un soutien financier », dit-elle prise d’un fou rire nerveux. « Mieux vaut en rire qu’en pleurer », finit-elle par lâcher avec philosophie.

Sur le mur du salon est accroché le portrait de son fils de 17 ans, tué alors qu’il rentrait à la maison lors du coup du Hezbollah du 7 mai 2008. Son autre fils, lui, a fui avec sa famille en Allemagne, traversant les eaux de la Méditerranée avec d’autres réfugiés pour se sauver du naufrage économique libanais. Une ultime option qu’Em Khaled est prête à tenter. « Dans tous les cas, nous allons mourir. Alors autant y passer en ayant essayé de quitter ce pays », assène-t-elle déterminée.

Dounia a acheté 500 grammes de viande. C’est exceptionnel. Cela fait cinq mois que cette famille de six s’en prive, mangeant une fois par jour. De son réfrigérateur éteint se dégage une odeur de produits avariés. « Il faut que je les jette mais je n’en ai pas la force », soupire-t-elle. Chez elle, le courant vient au maximum quatre heures par jour. Le soir, on n’y voit goutte. « Une fois, alors que je descendais les escaliers de l’immeuble, un rat m’a foncé dessus. J’ai hurlé de peur », se souvient-elle en souriant, tandis que les cernes creusent son visage. Son mari, lui, passe la majeure partie de ses journées assis devant le café qu’il tient. Pour survivre, Mohammad a besoin de plus de neuf médicaments. Il fait le tour des pharmacies, en pénurie de médicaments, puis il revient et attend. Dans le quartier, sous un soleil de plomb, des enfants jouent au foot dans le parc, d’autres aux cartes, profitant de la lumière du jour pour faire passer le temps. Dans le silence de son café sans lumière, le regard perdu dans le vide, les mots de Mohammad résonnent : « J’ai combattu durant la guerre civile. Mais je n’ai jamais rien vu ni vécu de pire. »

Cuisiner à la lumière des bougies au XXIe siècle. Photo João Sousa

Partir pour rester

Dans la ruelle parallèle au café de Mohammad, de jeunes Syriens fument le narguilé sur le trottoir devant leur deux-pièces où ils vivent à six. Diplômé d’une école de commerce, Mahmoud a fui la guerre dans son pays en 2013. Avec deux heures d’électricité par jour, ces réfugiés passent leur temps dehors à cause de la chaleur. Le soir, munis d’une petite lampe de poche à la lumière faiblarde, lui est ses colocataires avancent à tâtons. « Nous voulons partir, mais pour aller où ? Nous ne pouvons pas retourner en Syrie », martèle-t-il.

Chipali, elle, sait où partir. Mais comment ? « Je n’en ai pas les moyens », dit-elle simplement. Arrivée du Bangladesh en 2009, cette jeune travailleuse a voulu échapper à la pauvreté de son pays. Depuis trois ans, Chipali vit à Khandak el-Ghamik, un des quartiers les plus pauvres de la capitale. Assise à l’extérieur sur une chaise à laquelle il manque un pied, elle est entourée de pigeons, attirés par les poubelles du quartier jonchant le sol. Le visage ruisselant de sueur, Chipali raconte qu’il n’y a pas d’électricité. De jour comme de nuit, l’appartement qu’elle occupe dans cet immeuble délabré est plongé dans le noir. À l’intérieur, l’humidité prend les poumons et l’odeur de nourriture avariée retourne l’estomac. Son frigo est presque devenu un nid à cafards. « Pas une seule heure (d’électricité) », répète-t-elle comme pour y croire elle-même.

Dans son humble maison d’une des ruelles de Bab al-Tabbaneh, l’un des nombreux quartiers défavorisés de Tripoli (Liban-Nord), Moustapha et sa famille auraient pu, eux, bénéficier de quatre heures de courant par jour fournies par le générateur du quartier. Mais l’abonnement est devenu bien trop cher pour les revenus combinés de sa famille et Moustapha s’est vu contraint de le suspendre. Incapable d’effectuer ses tâches domestiques, Wafaa, sa femme, ressasse les guerres et les conflits qui ont traversé cette région depuis tant de décennies, sans trouver un seul évènement comparable à ce qu’ils vivent actuellement. Sous la lumière d’un petit téléphone, Abdul Rahmane et Salwa, qui n’ont pas plus de dix ans, en ont marre. Tous deux dorment sur le balcon, parfois sur le parvis de la maison. Peu importe au fond, tant qu’ils trouvent quelque brise pour s’endormir. L’avenir de ses enfants est en péril et Moustapha le sait. Se disant trop âgé pour émigrer, il souhaite les voir quitter le pays pour qu’ils ne sombrent pas avec lui. Son aîné, Nizar, proche de la trentaine, revient à la maison au crépuscule, après avoir écumé les cafés de la ville pour se connecter au réseau internet et charger son ordinateur. Ingénieur, Nizar n’arrive plus à livrer ses projets à temps, alors que son patron lui a demandé de faire du télétravail. Son salaire ne vaut pas plus de 60 dollars, rapporté au taux du marché parallèle, et le jeune homme envisage sérieusement de quitter son emploi. À quoi bon…

Il y a quelque temps, c’était un soir de fête pour cette famille de sept. Réunis avec leurs enfants à la lueur des bougies et des téléphones, Moustapha et Wafaa ont célébré la réussite, par leur fille de 17 ans, Abeer, de ses examens. Tout le monde s’était cotisé pour lui acheter un gâteau. L’accumulation des coupures d’électricité dans les frigos des commerces et celui de leur foyer ont toutefois gâché leur plaisir. Entre l’achat et la consommation, la pâtisserie était devenue immangeable.Black-out sur le Liban : chroniques d’un quotidien à tâtons

Sans électricité pour le frigo, difficile d’assurer les conditions sanitaires de stockage des denrées alimentaires. Photo João Sousa

Échapper à l’anormal

Pour Caroline, le gâteau était finalement le moindre de ses soucis en ce jour de fiançailles. Cela faisait deux mois qu’elle préparait chaque détail de la cérémonie pour rendre cette soirée inoubliable pour elle et son compagnon, Mohammad. Des préparatifs qui avaient dernièrement cumulé les contre-temps entre les pénuries d’essence et d’électricité. Si la jeune femme avait tenu bon jusque-là, le matin même du jour J, ses nerfs ont lâché et Caroline n’a pu contenir ses larmes. La propriétaire du lieu de réception situé à Tyr (Liban-Sud) venait de l’appeler pour lui annoncer qu’il n’y avait plus d’électricité et plus de mazout pour alimenter ses groupes électrogènes.

Alors son frère, arrivé tout droit du Canada pour assister aux fiançailles, a pris les choses en main. « Pendant que la coiffeuse terminait d’arranger mes cheveux à la lumière de son téléphone, l’électricité ayant coupé en plein milieu, mon frère enchaînait les coups de fil », narre Caroline. Celui-ci parvient finalement à sécuriser une trentaine de litres de mazout, déboursant sur le marché noir plusieurs centaines de milliers de livres libanaises en urgence, soit le « triple » du montant habituel. « Une quantité qui nous permettait de maintenir la réception pendant trois heures. Pas une minute de plus », souligne-t-elle.

Les fiançailles de Caroline et Mohammad se sont ainsi tenues, chronométrées, et éblouissant l’obscurité d’une ville en plein black-out. Vêtue d’une robe vert émeraude et pétillante, la jeune femme a descendu les marches en compagnie de Mohammad, applaudis par leurs proches et autorisés, le temps d’une soirée, à savourer un peu de bonheur et à rêver de normalité.

Lire aussi

Aide US au Liban pour de l’électricité : ce que l’on sait des pistes évoquées

« Rêver, c’est bien la seule chose qu’ils ne pourront jamais nous voler », s’exclame Rawane. « Hier soir, je me suis mise à danser, raconte-t-elle. J’imaginais être en Arabie saoudite et je dansais. » Elle qui attend son visa pour partir dans ce pays qu’elle avait auparavant quitté perd patience. « L’anormalité de la situation est devenue notre normalité alors que ça ne devrait pas l’être », explique-t-elle, décrivant la minute de joie familiale quand l’électricité revient, tel « un miracle ».

Dans ce quartier surplombant la ville de Saïda (Liban-Sud), le courant disparaît de plus en plus. Alors « on s’adapte, malheureusement », poursuit Rawane, qui vit avec sa mère et sa sœur. Pour le moment, « nous avons droit à une heure d’électricité entre 5 et 6 heures du matin et quelques heures le soir », explique-t-elle. Entre-temps, « on compte les minutes, en espérant qu’elle réapparaîtra par hasard, à un moment où l’on sait qu’elle ne reviendra pourtant pas ».

Incapables de se déplacer bien loin en raison de la pénurie d’essence, « on s’installe à l’ombre avec un café. On insulte les hommes politiques, tous autant qu’ils sont, qui nous ont mis dans une situation pareille car, de toute façon, on n’a rien de mieux à faire. Et on attend », conclut Rawane. Attendre de revivre normalement, attendre que l’anormal s’estompe, attendre que le soleil se couche, puis qu’il se lève et perce la nuit.

Mais, ce soir-là, au milieu des ténèbres, les Libanais ont de la chance : la lune est pleine. Un clair-obscur offrant aux plus poètes d’entre eux l’occasion d’imaginer un ailleurs où leur avenir brillerait de mille feux.

Leçons d’histoire – The Martha’s Vineyard Times

Abigail McGrath est une boule de feu, il n’est donc pas surprenant qu’elle se lance dans un nouveau projet. Sa série de pièces “Hidden Heroes” avec son défunt mari pour le New York City Street Theatre, a été transformée en une série animée par Frederator Studios. La série mettra en lumière les Noirs et autres personnes sous-représentées – dont la plupart ne figurent pas dans les livres d’histoire. Quand j’en ai entendu parler, j’ai décidé qu’il était temps de rencontrer la résidente d’été d’Oak Bluffs et la nièce de l’écrivain Harlem Renaissance Dorothy West. Nous avons discuté en début de semaine du projet.

Il s’avère que “Hidden Heroes” a été créé dans les années 1970, après la création du premier Mois de l’histoire des Noirs. À l’époque, Abigail et son mari, Tony, montaient des spectacles de théâtre de rue pour les enfants à l’extérieur du Lincoln Center à New York, tournant généralement autour de contes classiques tels que “Cendrillon” (dans leur version, Cendrillon découvre qu’épouser un prince ne sera pas nécessairement résoudre tous ses problèmes) ou “The Robe”. Red” (où le loup est végétarien, dans leur attitude).

“Nous avons commencé avec les personnages historiques”, a expliqué Abigail. “Nous avons fait Crispus Attucks, et nous avons fait beaucoup de recherches et nous avons dit : ‘Oh mon Dieu, pourquoi ce type n’était-il pas dans les livres d’histoire ?’ La guerre. “De toute façon, on a tout foutu en l’air, et on s’est dit : ‘Faisons plus’”, a-t-elle expliqué.

Ils ont découvert d’autres personnages historiques tels que Benjamin Banker, qui est d’abord devenu célèbre pour avoir construit une horloge tout en bois, la première horloge construite en Amérique. Il a été rapporté qu’ils maintenaient un temps fixe pendant des décennies. Il a également effectué des calculs astronomiques qui lui ont permis de prédire avec succès les éclipses solaires, et il faisait partie de l’équipe d’enquête qui a mis en place Washington, DC.

J’ai demandé à Abigail si je savais que Frederick Douglass avait été nommé vice-président dans les années 1870. Je ne fais pas. L’un de ses autres projets, Renaissance House, a facilité la lecture annuelle du vignoble de Douglas « What for a Slave Is the Fourth of July ? » pendant des années. « Il a prononcé tous ces discours merveilleux en danger d’être tué ; elle m’a dit qu’il était un esclave en fuite. Abigail a déclaré que si les livres d’histoire contiennent souvent des histoires sur Harriet Tubman et Sojourner Truth, ils n’incluent pas beaucoup d’informations livres.”

READ

« Ce sont les effets de cette tourmente » : des œuvres d’art précieuses pillées par les nazis

“Ce qui n’était pas dans les livres, c’était les Noirs très intelligents … le genre génie”, a déclaré Abigail.

Hidden Heroes mettra également en vedette des femmes qui ont accompli de grandes choses, comme Deborah Sampson Janet, une femme du Massachusetts qui s’est déguisée en homme pour servir pendant la guerre d’indépendance. Joséphine Baker, dont nous nous souvenons souvent en tant qu’artiste, a en fait servi dans l’agence de renseignement militaire française, recueillant des informations lors de rassemblements communautaires dans les cafés. Elle a remporté des prix prestigieux en France, mais pas dans ses États-Unis natals

Abigail a déclaré qu’elle avait rencontré pour la première fois Michael Hirsch, PDG de Frederator Studios, à New York lors des spectacles “Hidden Heroes”, mais qu’à l’époque, il n’y avait pas vraiment d’appétit pour une série animée sur les pièces de théâtre. Hirsh et McGrath sont des amis et des collaborateurs de longue date, et maintenant ils conviennent que le moment est venu.

“Frederator se concentre sur des projets menés par des créateurs, et Abigail McGrath s’est engagée à raconter les histoires de Hidden Heroes depuis plusieurs décennies, en commençant par la fondation d’un théâtre décentré à New York”, a écrit Hirsch dans un e-mail. “Il est temps de partager ces histoires avec la population mondiale qui peuvent désormais être consultées par la télévision diffusée.”

Les partenaires d’écriture Shawnee et Shawnelle Gibbs écriront le script, et Abigail sera la productrice exécutive, s’assurant que le contenu est précis et amusant.

“Il y a quelques années, Shonell et moi avons eu la chance d’être Jay Hanks et Marvin Miller Screenwriting Fellows à l’USC. Là, nous avons rencontré le fils d’Abigail, Benson, qui est instantanément devenu comme une famille élargie pour nous”, a expliqué Shawnee dans un e-mail. . “Grâce à Benson, nous nous sommes familiarisés avec le travail d’Abigail et avons lu une de ses pièces autobiographiques. Bien sûr, nous avons immédiatement découvert qu’elle était une femme merveilleuse avec beaucoup d’histoires à raconter!”

Sa sœur a écrit qu’ils développaient le concept de “héros cachés” pour l’animation, en utilisant un mélange du matériel source d’Abigail et de leur propre imagination, “en plus de faire des recherches sur les nombreux héros étonnants et divers de l’histoire. Non seulement y a-t-il un besoin divertir les enfants et les familles autour de ces histoires, mais c’est très important et stimulant.

READ

Les téléspectateurs de Six O’Clock Show font l’éloge de la nouvelle animatrice Karen Koster et de l’incroyable nouveau studio

Abigail m’a dit qu’il ne lui était jamais venu à l’esprit qu’elle n’aurait pas à écrire ses propres scripts. “Quel luxe !” J’ai crié pendant que nous parlions.

L’histoire “Hidden Heroes” concerne l’histoire moins racontée, dont une partie est en fait assez tragique. Mais la série n’est pas destinée à être une production lourde qui reflète l’histoire des États-Unis. Abigail vise à être divertissante tout en communiquant son point de vue.

“Quand vous faites une tragédie, il est difficile de la rendre drôle”, a expliqué Abigail. “Obtenir une chance est difficile. Être assassiné… Il n’y a pas beaucoup de rires là-dedans. L’histoire n’est pas nécessairement drôle, alors il faut la saisir… et les gens s’en souviendront.”

À en juger par le processus d’introduction, “Hidden Heroes” dévoilera certains des personnages les plus inconnus de l’histoire.

…….

Rencontrez Abigail McGrath

Un défi simple, j’ai cherché sur Google comment se rendre à la Renaissance House à Oak Bluffs. Abigail ouvre le livre aux écrivains qui ont besoin d’un endroit pour se concentrer sur leur métier. En allant là-bas samedi dernier, je suis passé devant un canapé en bambou avec des coussins verts avec une pancarte en carton qui disait “GRATUIT”. J’ai une passion pour ramasser des choses sur le bord de la route, et je me suis dit : “Oh, je peux dessiner ça et obtenir certains de ces oreillers d’intérieur et d’extérieur…”

J’ai garé ma voiture et je suis allé à la porte de la Maison Renaissance et j’ai frappé. Personne n’a répondu. J’ai cherché le numéro de téléphone d’Abigail et je l’ai appelée. J’ai dit: “Je pense que je suis au mauvais endroit.”

Elle m’a donné des indications pour le cottage qu’elle possède sur Myrtle Street, à côté de l’ancienne place de Dorothy West. “Ne vous inquiétez pas,” dit-elle, “vous arriverez ici quand vous arriverez ici.” J’ai beaucoup aimé son attitude.

Abigail m’a accueilli à la porte et elle avait sept couches de craquelins et de pastèque fraîche en attente. C’était une belle journée, alors nous avons décidé de discuter dehors sur le porche arrière. Quand je suis allé déballer mon ordinateur portable, j’ai remarqué qu’il y avait un ensemble en osier et j’ai dit: “Oh, j’adore l’osier. Je viens de passer devant un canapé gratuit au bord de la route en allant ici.”

READ

Paul Gascoigne révélé parmi les hôtes célèbres dans le nouveau film Living With Lucy

“Allons le chercher”, a déclaré Abigail.

“Quoi ou quoi ?”

“Commençons maintenant,” dit-elle, se tenant déjà à sa porte d’entrée.

Elle a sauté dans son SUV et dans mon RAV4 et nous sommes retournés à Pinacock Street. Le prix était toujours là, prêt à être reçu, seulement il y avait un homme debout à côté d’elle avec une sorte de sac qu’il posa sur le canapé.

“Oh, non”, lui a dit Abigail alors que nous sortions de nos voitures, “c’est notre voiture.”

Le gars a en quelque sorte ri et a dit de ne pas s’inquiéter, il l’a utilisé pendant une seconde pendant qu’il mettait quelque chose dans son sac photo. C’est bon, m’a dit Abigail, il peut nous aider à la mettre dans la voiture.

Nous avons donc entrepris de nettoyer l’arrière des deux voitures, ce qui n’est pas une mince affaire car nous avions tous les deux des voitures pleines de déchets. Je pensais qu’on avait coupé dans le même tissu.

“Vous devez être de bons amis”, a déclaré l’homme, et s’est présenté comme le photographe Lucien Tancel.

Je lui ai dit: “Non, nous venons de nous rencontrer.”

Puis nous avons commencé à travailler. Mon nouveau canapé en bambou ne rentrerait dans aucune de nos voitures. Nous n’avions pas de corde, pas de sandows, rien qui puisse attacher le canapé au toit de ma voiture. Abigail a pu trouver une rallonge, un chiffon et plusieurs sacs poubelle que j’ai enveloppés dans de grandes longueurs afin qu’ils puissent s’attacher à mon support de plafond.

Nous avons convenu que je rentrerais chez moi avec le canapé puis que je retournerais chez elle, en espérant que nous aurions assez de temps pour l’entretien avant son prochain rendez-vous. Je me suis mis au volant et j’ai lentement rampé. Abigail regagna sa voiture avec Lucien ; Elle avait décidé de lui faire faire un petit tour à Oak Bluffs pendant que j’emmenais le canapé chez moi. Ils sont également devenus des amis rapides.

Et c’est comme ça que j’ai rencontré Abigail McGrath.

Marianne Leclerc

“Amateur de bière. Drogué à l’alcool subtilement charmant. Amateur d’Internet en devenir. Amateur typique de la culture pop.”

Continue Reading

Previous

Après être devenu virtuel l’an dernier, l’Orange International Street Fair est de retour

FAQ | Steam Deck – Tout savoir sur la console portable de Valve

Annoncé à la surprise générale, Steam Deck est la première console portable de Valve. Diverses annonces ont été effectuées dans la foulée de cette présentation par l’éditeur, voici donc un récapitulatif complet des informations recueillies à ce jour.FAQ | Steam Deck – Tout savoir sur la console portable de Valve

Cet article sera mis à jour en fonction de l’actualité et des annonces (dernière mise à jour le 21/07/2021).

SOMMAIRE

Qui est le constructeur de Steam Deck ?

Quelles seront les différentes versions disponibles pour le lancement de Steam Deck ?

Est-il possible d’agrandir la capacité de stockage de Steam Deck ?

Quelle est la date de sortie de la Steam Deck ?

Quel est le prix de vente de la Steam Deck ?

Dans quelles régions sera disponible Steam Deck ?

Quelles sont les dimensions et le poids de Steam Deck ?

Quelles sont les caractéristiques de Steam Deck ?

Qu’est-ce que les architectures Zen 2 et RDNA 2 ?

Quels sont les boutons de Steam Deck ?

Quels sont les jeux du magasin Steam compatibles avec Steam Deck ?

Une station d’accueil sera-t-elle disponible pour Steam Deck ?

Quelles sont les caractéristiques de la station d’accueil ?

Un adaptateur USB-C sera-t-il fourni avec Steam Deck ?

Le clavier-souris sera-t-il compatible avec Steam Deck ?

Sous quel OS tourne Steam Deck ?

Pourra t-on faire tourner les jeux en Ultra sur la Steam Deck ?

Quelles sont les différences entre la Steam Deck et la Nintendo Switch ?

Quelle autonomie pour la batterie de la Steam Deck ?

Est-il possible de jouer à des jeux qui ne sont pas sur Steam ?

D’autres logiciels ou jeux seront-ils installables sur Steam Deck ?

Sera-t-il possible de faire évoluer les composants d’une Steam Deck ?

Comment puis-je réserver ma Steam Deck?

Qui est le constructeur de Steam Deck ?

C’est Valve, qui est déjà à l’origine du client Steam, qui est le fabriquant de Steam Deck.

Quelles seront les différentes versions avec leurs prix disponibles pour le lancement de Steam Deck ?

Il existe plusieurs versions de Steam Deck. Sur la page officielle de la console, 3 versions différentes sont répertoriées :

Stockage de 512 Go en SSD NVMe – 679.99€

Stockage plus rapide

Verre avec traitement antireflet de qualité supérieure

Étui de transport exclusif

Bundle de profil exclusif de la communauté Steam

Thème de clavier virtuel exclusif

Stockage de 256 Go en SSD NVMe – 549.99€

Stockage plus rapide

Étui de transport

Bundle de profil exclusif de la communauté Steam

Stockage de 64 Go en eMMC – 419.99€

Étui de transport

Est-il possible d’agrandir la capacité de stockage de Steam Deck ?

Chaque version de Steam Deck comporte un port microSD ultra rapide (UHS-I compatible avec SD, SDXC et SDHC). Reste à savoir si tous les jeux pourront profiter de ce stockage pour fonctionner. Sachant qu’une microSD est nettement moins rapide qu’un SSD.

Quelle est la date de sortie de Steam Deck ?

Steam Deck devrait être disponible officiellement à la fin de cette année 2021. Après son annonce officielle, elle fut disponible à la réservation à

cette adresse

.

Quel est le prix de vente de Steam Deck ?

Comme précisé au-dessus, il existera trois versions de Steam Deck avec 3 prix différents : 419.99€ pour la version 64 Go en eMMC, 549.99e en 256 Go SSD NVMe et 679.99€ en 512 Go SSD NVMe.

Dans quelles régions sera disponible Steam Deck ?

Steam Deck sera disponible dans un premier temps aux États-Unis, Canada, UE et le Royaume-Uni.

Quelles sont les dimensions et le poids de Steam Deck ?

Steam Deck mesurera 298 mm × 117 mm × 49 mm et pèsera environ 669 grammes.

Quelles sont les caractéristiques de Steam Deck ?

Steam Deck comporte de nombreux composants que nous vous détaillons :

Processeur : APU AMD Zen 2 4 c/8 t ; 2,4 à 3,5 GHz (jusqu’à 448 Gflops FP32) avec circuit graphique 8 UC RDNA 2 ; 1 à 1,6 GHz (jusqu’à 1,6 Tflops FP32)

Mémoire vive : RAM LPDDR5 de 16 Go (5500 MT/s)

Capacité de stockage interne : eMMC de 64 Go (PCIe Gen 2 ×1) ou SSD NVMe de 256 Go (PCIe Gen 3 ×4) ou SSD NVMe ultra rapide de 512 Go (PCIe Gen 3 ×4)

Capacité de stockage externe : port microSD ultra rapide

Écran : 7 pouces tactile de résolution 1280 × 800 px (format 16:10) LCD de 60 Hz. Luminosité 400 cd/m2

Connectivité : Bluetooth 5.0 (compatible avec contrôleurs, accessoires et matériel audio) + Wi-Fi 5 double bande 2,4 GHz et 5 GHz, MIMO 2 × 2, IEEE 802.11a/b/g/n/ac

Audio : Stéréo avec DSP intégré, double réseau de microphone et prise jack 3.5mm

Alimentation : Chargeur USB Type-C PD 3.0 de 45 W

Batterie : 40 Wh

Extensions : microSD et port USB-C compatible avec DisplayPort 1.4 Alt-mode ; jusqu’à 8K à 60 Hz ou 4K à 120 Hz, USB 3.2 Gen 2

Logiciel : SteamOS 3.0 basé sur Arch avec Bureau Plasma de KDE

Qu’est-ce que sont les architectures Zen 2 et RDNA 2 de Steam Deck ?

Zen 2 : l’architecture haute performance à cœur x86 d’AMD permet aux processeurs Ryzen de garantir les meilleures performances en mono et multi-threads de tous les processeurs pour PC de bureau grand public

RDNA 2 : l’architecture AMD RDNATM 2 est à la base des cartes graphiques pour les PC de gaming nouvelle génération et des consoles PlayStation 5 et Xbox Série S /X. C’est l’ADN qui propulse vos jeux, l’ADN qui donne vie à vos jeux, l’ADN qui évolue en permanence. Elle introduit des avancées considérables en architecture sous la forme d’une unité de calcul améliorée, d’un nouveau pipeline visuel et du tout nouveau AMD Infinity Cache, permettant ainsi des performances de gaming en haute résolution avec des visuels saisissants.

Quels sont les boutons de Steam Deck ?

Steam Deck comporte de nombreux boutons :

Commandes manettes : Boutons A B X Y, croix directionnelle, gâchettes analogiques gauche et droite, gâchettes hautes gauche et droite, boutons Affichage et Menu, 4 boutons poignées, boutons volumes.

Sticks analogiques : 2 sticks analogiques de taille normale avec toucher capacitif.

Retour haptique : Retour haptique haute définition..

Trackpads : 2 trackpads carrés de 32,5 mm à retour haptique, latence améliorée de 55 % par rapport au Steam Controller et sensibilité à la pression pour configurer la force appliquée aux clics

Gyroscope : IMU à 6 axes.

Quels sont les jeux du magasin Steam compatibles avec Steam Deck ?

Tous les jeux de votre bibliothèque Steam seront compatibles avec Steam Deck. Toutefois, nous attendons une confirmation de Valve pour les jeux qui ne sont pas compatibles avec des manettes. Il est possible que ces derniers s’affichent mais qu’ils ne soient jouables qu’en connectant un clavier et une souris.

Une station d’accueil sera-t-elle disponible pour Steam Deck ?

Une station d’accueil sera disponible pour la sortie de Steam Deck mais cette dernière sera vendue séparément.

Quelles sont les caractéristiques de la station d’accueil pour Steam Deck ?

La station d’accueil de Steam Deck comporte de nombreuses extensions pour connecter de multiples périphériques externes :

Ports : 1 port USB-A 3.1, 2 ports USB-A 2.0

Réseau : Ethernet

Écrans : DisplayPort 1.4, HDMI 2.0

Alimentation : Prise alimentation Passthrough USB-C, Câble captif 6 pouces USB-C avec connecteur 90° à bas profil pour brancher Steam Deck

Dimensions et poids : 117 mm × 29 mm × 50,5 mm pour 120 grammes.

Un adaptateur USB-C sera-t-il fourni avec Steam Deck ?

Un adapteur USB-C vers DisplayPort 1.4 sera vendu avec la console.

Le clavier-souris sera-t-il compatible avec Steam Deck ?

Les claviers-souris seront compatibles avec Steam Deck, que ce soit directement sur la machine ou en Bluetooth.

Sous quel OS tourne Steam Deck ?

Steam Deck tourne sous SteamOS 3.0 qui utilise une couche initiale Arch issue de la distribution Linux. Il s’agit d’une nouvelle version de SteamOS, conçue pour Steam Deck et optimisée pour le jeu sur un appareil portable. Elle est accompagnée de Proton, une couche de compatibilité qui vous permet d’utiliser vos jeux sans nécessiter de portage par les équipes de développement.

Pourra t-on faire tourner les jeux en Ultra sur Steam Deck ?

Les benchmarks ne sont pas encore disponibles. Toutefois, les jeux sortis avant 2017 devraient tourner sans problème en Ultra sur Steam Deck. Ce ne sont là que des spéculations pour l’instant toutefois.

Quelles sont les différences entre Steam Deck et la Nintendo Switch ?

Les manettes de Steam Deck ne sont pas détachables contrairement à la Nintendo Switch. La puissance de la Steam Deck est nettement plus importante mais la console est plus lourde et plus imposante. La possibilité d’installer l’ensemble des jeux disponibles sur PC avec une compatibilité totale du catalogue Steam est un plus non négligeable. Toutefois, le prix est nettement à l’avantage de la Nintendo Switch avec une version Lite, uniquement portable, qui se trouve à 199.99 euros. Alors que la version d’entrée de gamme de Steam Deck est à 419.99 euros.

Quelle autonomie pour la batterie de Steam Deck ?

La batterie de Steam Deck tiendra entre 2 et 8 heures. Cette durée initiale est donc très large et dépendra vraisemblablement de l’utilisation.

Est-il possible de jouer à des jeux qui ne sont pas dans le magasin Steam sur Steam Deck ?

Il sera possible d’installer un autre OS sur Steam Deck et donc de télécharger des jeux issus des autres clients comme Origin ou encore Epic Games Store.

D’autres logiciels ou jeux seront-ils installables sur Steam Deck ?

Vous pourrez installer des applications qui ne sont pas sur Steam et qui viennent de d’autres sources de données.

Sera-t-il possible de faire évoluer les composants de Steam Deck ?

A priori, il ne sera pas possible de faire évoluer les caractéristiques de Steam Deck, mise à part le stockage via le port microSD.

Comment puis-je réserver Steam Deck ?

Steam Deck est disponible en précommande depuis le vendredi 16 juillet 2021. Il n’est pas prévu une autre campagne de réservation pour le moment.

LinuxFr.org Se connecter FFV1, un format vidéo sans perte et libre, normalisé à l’IETF Derniers commentaires Étiquettes (tags) populaires Sites amis À propos de LinuxFr.org

Je vais répondre, de mémoire.

Oui. En fait, plus que le type de matériel, c’est même précisément la machine exacte de la salle qui est ciblée par la clé. C’est possible car les projecteurs ont des clés publique/privée uniques au niveau du hardware même.

Un DCP chiffré l’est en fait avec une unique clé (c’est donc un chiffrement symétrique). C’est cette même clé qui est utilisée par toutes les salles. Pourquoi pas avec la clé publique du projecteur (puisque je viens d’expliquer que chaque machine de projection en a une)? Parce qu’imaginez l’horreur et le travail additionnel/temps perdu/coût (je rappelle qu’on parle de films qui font des dizaines ou centaines de GiB, c’est pas un petit fichier qu’on chiffre en 2 secondes) si on devait re-chiffrer le même film pour chaque salle qui l’ajoute dans son planning. Donc on le chiffre une seule fois.

L’idée des clés envoyées est de faire un double chiffrement: on n’envoie pas la clé finale mais on la chiffre elle-même avec la clé publique du projecteur (là c’est rapide, c’est un petit fichier). Donc quand on donne cette clé doublement chiffrée au projecteur, il peut la déchiffrer avec sa propre clé privée, récupérer la clé du DCP, et finalement déchiffrer le film lui-même avec cette clé. C’est donc un double chiffrement symétrique (film lui-même) et asymétrique (la clé symétrique avec la clé publique unique de la machine).

Je suppose que le risque principal est si on arrivait à s’emparer de la clé symétrique (qui permettrait de relire le DCP à loisir, sans aucune limitation de temps ou de machine), et cela est sûrement limité en faisant toute cette étape au niveau hardware, comme une boîte noire, de sorte que la clé symétrique n’est jamais visible au niveau logiciel sur les machines contrôlées par les projectionnistes (les ordinateurs de la salle de projection). De même la clé privée d’un projecteur n’est pas accessible par quiconque (ça reste un secret de la boîte noire). Je pense que ça se fait avec des certifications de machine, de sorte que les distributeurs ne créent pas de clés pour n’importe quelle clé publique, mais uniquement pour celles qui font partie de listes de machines certifiés pour protéger le secret du déchiffrement et de la clé privée. C’est à dire que je peux pas juste donner une clé publique que j’ai créée moi-même (donc j’ai aussi la clé privée) et leur demander de m’envoyer un KDM (le nom de la clé chiffrée pour ma propre clé hardware) pour ensuite récupérer la clé symétrique. Un distributeur/labo doit d’abord vérifier que c’est une clé de confiance dans une liste.

Notons que je n’ai pas travaillé sur ce sujet précis, donc il est possible qu’il y ait de petites erreurs ou imprécisions dans mon explication technique. J’ai juste travaillé à la problématique du transfert de DCP pas des clés. Néanmoins malgré de possibles petites erreurs, ce devrait être globalement le fonctionnement de ces fameux KDMs et leur modèle de sécurité tel que je l’ai compris.

Tel que je le vois, tout repose au final sur cette boîte noire à l’intérieur du matériel de projection, qui promet aucune fuite de la clé déchiffré du KDM ni de la clé privée du hardware. Si l’une de ces 2 promesses est rompue, alors on peut déchiffrer à loisir un film à partir du KDM obtenu légalement, puis faire des copies non-chiffrées, etc. C’est le maillon faible. Mais comme ça dépend de gens dont c’est le métier (des salles de cinémas) sur du matériel qui coûte une fortune, peu probablement prendrait des risques à se faire blacklister par les distributeurs. C’est pas du matériel que des particuliers ont (et même si c’était le cas, un distributeur n’enverrait pas un KDM pour ce matériel à un particulier). Donc c’est aussi basé sur la confiance.C’est pour cela que ça marche plutôt bien. Une telle logique ne pourrait pas marcher aussi bien pour une diffusion grand publique (même avec des lecteurs hardware certifiés, il y aura toujours des petits malins pour les démonter, en se fichant des garanties, et arriver à lire les infos directement sur la partie boîte noire du hardware, permettant ainsi d’obtenir les clés de tous les films achetés). Mais dans le petit monde du cinéma, ça m’a l’air d’une logique relativement sûre (en comparant risques et gains).

Film d’animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

TEST | Clavier Razer Huntsman Mini pour PC

Depuis maintenant plusieurs années et surtout de nombreux modèles, Razer ne cesse de retravailler l’un de ses claviers phares, soit le Huntsman. Après une édition classique, une version Tournament Edition, place à l’option Mini pour le clavier Razer Huntsman. C’est tout récemment que la marque s’est intéressée à un gabarit encore plus petit (60% environ d’un clavier basique) pour son Huntsman. Alors, est-ce que cette version Mini fait mouche ? Parvient-elle à proposer une expérience aussi qualitative que les précédents modèles, malgré son gabarit ? La rédaction a plongé dans divers jeux, clavier Huntsman Mini sous les doigts, afin de faire la lumière sur les qualités et défauts de ce nouveau produit.TEST | Clavier Razer Huntsman Mini pour PC

Test réalisé grâce à un exemplaire fourni par Razer

Retrouvez notre test du clavier Huntsman pour PC à cette adresse

Nos impressions sur le Huntsman Tournament Edition ici

Fiche technique :

Poids : 438 g

Dimensions : 29,5 x 10,4 x 3,8 cm

Forme : compact, 60%

Type : clavier mécanique.

Razer optiques linéaires ou sonores

Anti-ghosting présent

Rétro-éclairage personnalisable Razer ChromaTM avec 16,8 millions de couleurs

Stockage hybride intégré – jusqu’à 5 profils en mémoire intégrée

Connectivité en filaire, type USB-C amovible (2,1m)

Touches : 61

Touches Razer en PBT à double injection

Compatible avec Razer Synapse 3

Avec deux gammes principales de clavier (ce n’est pas les seules, rassurez-vous), représentant les fers de lance de la marque, Razer s’est cette fois-ci penché sur une version plus petite et surtout plus compacte de leur fameux Huntsman. Si nous avions pu tester les précédentes versions par le passé (liens ci-dessus), la marque au serpent vert nous a envoyé un exemplaire du Huntsman Mini afin que nous puissions nous faire une idée de leur nouveau produit. Sachez tout d’abord que nous avons eu l’édition Qwerty noire du Huntsman Mini. Pour autant, il est également disponible en Mercury (blanc) sur leur site internet. Par ailleurs, ils envisagent bien de le proposer en Azerty à l’avenir. De notre côté et dès le branchement du clavier, notre PC (MSi) a tout de suite fait la conversion en Azerty, malgré la configuration physique du produit. Ce qui a le mérite de rendre son utilisation plus intuitive mais peut parfois demander une certaine gymnastique visuelle et réflexive quand on regarde les touches du clavier, qui elles sont toujours en Qwerty évidemment. Nul doute que les joueurs et joueuses habitués au combo clavier/souris s’y habitueront plus rapidement.

Du côté du packaging, l’ensemble est toujours aussi épuré qu’il est élégant et efficace. Le clavier est disposé dans une boîte aux couleurs de la marque et affichant un visuel ainsi que des informations sur le produit sur son dessus et côtés. A l’intérieur, on retrouve la notice d’utilisation, les classiques stickers Razer, le clavier sous plastique ainsi que son câble tressé. En effet, le Huntsman Mini n’est pas disponible en wireless mais seulement en USB-C. Ce qui ne nous a pas dérangé plus que de raison de notre côté tant il nous semble toujours préférable de jouer en filaire pour un meilleur envoi d’informations et taux de réponse optimal. A ce sujet, nous aborderons plus en détails la question des switchs un peu plus tard. Le câble est tressé, ce qui évite des déconvenues et dommages futurs sur le câblage et il dispose d’une longueur satisfaisante.

Le châssis du Huntsman Mini est fait en aluminium, ce qui permet à la fois une certaine robustesse et surtout beaucoup de légèreté. On notera également que le tout est frameless, ce qui signifique que le clavier ne dispose pas de contours marqués donnant alors un véritable aspect aéré et compact au produit. C’est vraiment appréciable. D’ailleurs, cette version 60% du Huntsman, en plus de se vouloir épurée, voire minimaliste, est facilement transportable. On peut aisément le glisser dans un sac à dos. Ce qui le rend d’autant plus attrayant qu’il est amovible et transportable à souhait. Il sera ainsi certainement se faire une place de choix dans le coeur des joueurs/joueuses qui ont l’habitude de transporter leur matériel pour des LAN entre amis ou compétitions en tous genres.

Mais comment peut-il représenter 60% d’un clavier, allez-vous nous demander. Razer a fait le choix de se séparer de certaines touches d’un clavier traditionnel : avec le Huntsman Mini, exit le pavé numérique, les flèches de navigation et touches de fonctions. Rassurez-vous, ces fonctionnalités restent disponibles via des raccourcis (notamment avec la combinaison de FN et d’un numéro) mais, vous l’aurez compris, elles ne sont pas matérialisées physiquement sur le clavier. Encore une fois, cela peut demander une certaine gymnastique et surtout un mappage supplémentaire (si besoin) pour certains mais dans la plupart des cas et des jeux, il s’agit de touches secondaires. Mea Culpa d’avance pour ceux d’entre vous jouant à PUBG, par exemple, avec les flèches directionnelles, malgré que cela semble assez peu probable. Ne comptez pas non plus sur un port USB afin de brancher la souris directement à votre clavier, d’un régulateur de son (comme sur le Huntsman V2 Analog par exemple) ou encore d’un repose poignet. Ce qui est dommage et cela aurait été un grand plus pour cette version. Ainsi, le Huntsman Mini fait fi des touches et ports dits secondaires pour se concentrer sur l’essentiel. Cela fonctionne réellement bien et le clavier ne perd pas pour autant la qualité que l’on connaît à la marque. D’autant plus que son format compact permet de positionner la souris plus proche de soi pour davantage de confort puisque vos deux mains sont plus rapprochées. Les clapets positionnés à l’arrière permettent de rehausser le clavier à la hauteur désirée.

En ce qui concerne les touches et le ressenti, là encore il y a des choses à dire. Autant d’un point de vue positif que négatif, mais expliquons-nous. Le Huntsman Mini est disponible selon deux configurations quant aux switchs : en optique sonore (violet) et en optique linéaire (rouge). Les deux ont leurs propres caractéristiques. Pour l’optique sonore, il faut compter sur 1.5 mm de distance d’activation et 45g en force. A l’inverse, en optique linéaire, cela requiert 1.2mm en distance et 48g en force d’activation. L’avantage des switch rouges est qu’ils sont tout de même bien moins bruyants que les premiers, ce qui n’est absolument pas négligeable surtout si vous jouez en ligne et en vocal ou bien que votre compagnon/compagne est dans la même pièce que vous. Le prix diffère également : comptez 129.99 euros pour le Huntsman Mini équipé des switchs en optique sonore et 139.99 euros environ pour l’optique linéaire. Dans tous les cas, le taux de réponse est réellement satisfaisant. Nous avons pu le tester sur différents jeux, notamment Curse of the Dead Gods et sur Assassin’s Creed Valhalla depuis une PS5 grâce à un convertisseur clavier/souris (guide disponible ici), entre autres. Par ailleurs, les touches sont en PBT, ce qui assure encore davantage de robustesse au produit malgré sa petite taille. Ainsi, il ne faut absolument pas se fier à son apparence : le fait que le Huntsman Mini soit plus petit n’enlève absolument en rien ses caractéristiques positives et un très bon ressenti général une fois en jeu.

Verdict : Convaincant !

Encore une fois, et après le Huntsman Tournament Edition pensé pour l’eSport, les membres de Razer prouvent qu’ils arrivent à renouveler leurs propositions d’accessoires en ouvrant leur gamme à davantage de format(s) afin de répondre le mieux possible aux demandes et attentes des joueurs/joueuses. Son format compact permet toujours autant de confort et n’en reste pas moins aussi robuste que ses aînés. Sa légèreté est un grand plus et permet de le transporter très facilement. L’absence de certaines touches considérées comme secondaires peut en gêner certains aux premiers abords mais la présence de raccourcis rend le Huntsman Mini tout à fait intéressant pour autant. Il demandera peut être à chacun un petit temps d’adaptation mais il reste un très bon produit, surtout pour ceux et celles désirant transporter leur matériel partout et assez aisément.

Comment supprimer définitivement mon compte GMail ?

PartagerComment supprimer définitivement mon compte GMail ?

Twitter

Partager

Envoyer

Que vous changiez de messagerie ou que vous vouliez tout simplement éliminer un vieux compte inutilisé, voici notre tutoriel qui vous expliquera comment supprimer définitivement votre compte GMail.

GMail est la messagerie par e-mail de Google. Elle est le point central de tout compte Google. Sa suppression entraine aussi l’élimination de toutes vos données liées à Google et à ses services : Drive, Notes, Play Store, etc… Si vous ne désirez plus utiliser Google, voici comment faire pour tout effacer en quelques secondes depuis votre smartphone. Vous pouvez également supprimer un maximum de données de votre compte sans pour autant le supprimer.

Pré-requis

Avant de passer à la destruction de votre adresse GMail, voici le matériel nécessaire pour effectuer la procédure :

Un smartphone

Les identifiants du compte GMail à effacer

Pensez bien à faire une copie de vos données importantes avant toute suppression de compte. Vous ne pourrez rien récupérer une fois votre adresse GMail effacée !Comment supprimer définitivement mon compte GMail ?

Procédure rapide d’effacement d’un compte Google

Effacer un compte Google est une chose relativement aisée. Il suffit de vous rentre dans les paramètres de votre smartphone, dans le gestionnaire de comptes GMail. À partir de là, vous aurez toute latitude pour gérer vos données en profondeur, y compris les effacer.

L’effacement est une procédure définitive. C’est pour ça qu’il vous sera demandé de renseigner vos identifiants et de confirmer à plusieurs reprises que vous êtes sûr de votre décision. Le gestionnaire de comptes Google vous indiquera d’ailleurs quelles sont les données enregistrées sur votre compte afin que vous puissiez les récupérer avant l’effacement définitif.

Une fois que tout sera prêt, vous n’aurez plus qu’à valider la suppression de votre adresse GMail. N’hésitez pas à jeter un œil au paragraphe suivant pour voir la procédure complète pas-à-pas.

Procédure pas-à-pas pour effacer un compte GMail

Pour ce tutoriel, nous allons effacer un compte GMail depuis un smartphone Realme 7 sous Android. Notez que la manipulation peut légèrement varier selon les constructeurs, mais reste valable dans 99% des cas.

Voici la procédure à suivre pour éliminer définitivement votre adresse Google et toutes les données rattachées :

Rendez-vous dans Paramètres -> Google.

Assurez-vous que vous êtes bien connecté au compte à effacer. Ici, nous allons éliminer l’adresse [email protected]

Appuyez sur Gérer votre compte Google.Comment supprimer définitivement mon compte GMail ?

Dans la fenêtre qui s’ouvre, rendez-vous à l’onglet Données et personnalisation. Descendez dans la page jusqu’à la section Supprimer un service ou votre compte et validez.

Une nouvelle page s’ouvre, appuyez sur le bouton Supprimer votre compte.

À la page suivante, rentrez votre mot de passe. Validez avec Suivant.

Un résumé des éléments qui vont être supprimés s’affiche. Si vous êtes prêt, cochez les deux cases en bas de page, puis appuyez sur le bouton Supprimer le compte. Après ça, la suppression sera définitive, donc assurez-vous de bien tout sauvegarder !

Une fois fait, une page s’ouvre pour confirmer la suppression de votre compte Google.

Vous savez maintenant comment effacer un compte Google. Vous apprendre de nombreuses autres manipulations avec nos tutoriels Android et iOS.

Sur le Même Sujet

[Tutoriel] Consulter, gérer ou effacer les données stockées par les…

[Tutoriel] Supprimer ses données de navigation sous Google Chrome (Android)

Google One : voici comment sauvegarder & restaurer le contenu de votre…